Discover Tokio Hotel’s new song ‘When it rains it pours’

And don’t forget to request it to a radio station near you! 😉

DĂ©couvrez la nouvelle chanson de Tokio Hotel “When it rains it pours” et n’oubliez pas de la demander aux radios prĂšs de chez vous 😉 !! 

I don’t know where you go
hard for you to share your home
cause you don’t want it all
’s what we have disposable ?

I want more
something beautiful
someone that I can count on and knows
when it rains
it pours
feels like i’m on my own
please don’t try to ignore that oh

baby
baby
I don’t wanna do this alone
baby
baby
I don’t wanna do this alone

I am just a simple man
but I’ve got blood on my hands
wash em off, all my sins
help me to remember that

I want more
something beautiful
someone that I can count on and knows
when it rains
it pours
feels like i’m on my own
please don’t try to ignore that oh

Advertisements

BILLY – California High (Trailer)

It’s finally here! We have been waiting months for this music video to be released, and it will officially premiere on YouTube Friday at 11am PT / 2pm ET ! Don’t forget to subscribe to Billy’s channel to be the first to watch it. If you are not aware yet, Billy is Bill Kaulitz’ side project, but do not worry: Tokio Hotel is still coming up with some new breathtaking music next year!

Il est enfin lĂ ! Nous avons attendu la sortie de ce clip pendant des mois, et nous pourrons enfin le visionner sur YouTube vendredi Ă  11h (heure de l’ouest) / 14h (heure de l’est)!! N’oubliez pas de vous abonner Ă  la chaĂźne de Billy pour ĂȘtre le ou la premiĂšre Ă  le visionner. Si vous n’Ă©tiez pas encore au courant, Billy est le projet solo de Bill Kaulitz, mais ne vous inquiĂ©tez pas: Tokio Hotel revient tout de mĂȘme avec de nouveaux titres Ă©poustouflants l’an prochain!

Bill: “I give a lot of answers in my songs. But it’s still driving people crazy.”

With the documentary Hinter die Welt producer Oliver Schwabe succeeds to show what’s beyond the world of Tokio Hotel. The movie premiered at the film festival Cologne last week. In the lecture Beuys will be Beuys Bill Kaulitz talks about development, his fears and self-confidence.

The twin brothers Bill and Tom Kaulitz founded Tokio Hotel 17 years ago. Since 12 years they’re in the public eye.  Bill Kaulitz reveals that nothing has changed within the band since then: “we were looking for a bass player and drummer, which would play the songs, Tom and I create.”

Nowadays the band still has the same working process, as the documentary reveals: Tom does the production works and creates new songs with Bill. Bill takes over all visual parts of the band, like light design, stage costumes and concepts for music videos, while Georg is responsible for live events, the booking and finances of the band.

“Georg couldn’t play bass at all.”

The fact that Bill and Tom choose Gustav SchĂ€fer and Georg Listing as drummer and bass player is due to the fact that there weren’t much other possibilities in Magdeburg: “there were only these two guys.”

On top of that it wasn’t an obstacle for the twins that Georg was just learning to play the bass: “Georg couldn’t play bass at all. We all were really bad with our instruments.  Bust Georg was just starting to learn playing the bass for six month. He couldn’t play at all.”

In the opposite to Georg, there was Gustav SchĂ€fer who had to show his drum skills: “Gustav had to do something like a casting for us. We were in our rehearsal space and Gustav played a Phil Collins song, if I remember correctly. This is how he came into the band. This is how everything started.”

Bill Kaulitz: “Gustav loves to play drums. But sometimes he wishes that there would be a wall in front of him, so nobody would be able to see him.”

Today Bill remembers clearly that there was no other option for him than doing music: “Doing music was always a serious thing for Tom and me. Georg had a lot of other hobbies back then. He was playing handball. But Tom and I always knew:  music is our life. Sure for Gustav and Georg it was amazing, when we released our music in 2005. They just accepted it as how it was. But for Tom and me this was always our number one plan
 a total drive since we were kids. We never wanted to do something else.”

Kaulitz only sees one difference to when he looks back at the beginning of Tokio Hotel: “I just remember when we had our first performances when we were 13 years old. I was like: ok, give me a microphone! give me a stage! I want to go out there and perform.”
What Kaulitz doesn’t remember is how he formed his self-confidence at this time: “No idea where I got that from. I guess it came from the dynamic I have with Tom. We were always together. I knew I’m never alone.”

“There’s not one idiot who gives a fuck about you. That’s the best thing.”

Nowadays Kaulitz has a different perspective on his life. As he sees himself with a huge backpack, which is filled with fears and bad experiences which he made through the past. At the same time he works on getting back a little bit lightheartedness every day: “Bringing back the lightheartedness, which we had when we started as band, is a challenge which I try to master every day. We always rather want to go back. We want to get away from this music industry shit. At some point it gets to complicated and then you kind of lose your creativity. You’re not good anymore in the essence of what you really want to do – music.”

But Kaulitz manages to leave everything behind, as soon as he gets home after a tour: “Flying back home
 going out and then there’s not one idiot who gives a fuck about you. That’s the best thing.”

At the same time Bill Kaulitz  reveals that it was not always like that. When he moved to Los Angeles in 2010 he had to learn living life. Kaulitz remembers that his friends still make jokes about this time: “My friends are still teasing me with this. I remember the first time when I went out to party, I brought along a security guard and I always had a driver with me. In Los Angeles I continued to live the same life I was living in Germany. I just took it with me when we moved overseas, because I didn’t know another life.”

“people think it’s sexy nowadays. they’re like: she wants to have sex with girls and she wants boys and she also wants the people in between.”

Bill Kaulitz von Tokio Hotel im GesprĂ€ch mit Oliver Schwabe ĂŒber den Film Hinter die Welt bei dem Kölner Filmfestival ffcgn

Kaulitz already had to deal with press and media, asking him about his sexuality, when he was 15 years old: “In Germany it’s still a question. People are still wondering: “who is joining his bed tonight? Who does he have sex with? Who does he bring home? Who does he fall in love with?”. But these were always questions I never gave a clear answer to. I feel like I give a lot of answers in my songs though. But it’s still a thing which drives people crazy. Nowadays a coming out isn’t really exciting anymore, cause everybody does it. But people still keep asking me these questions. It still drives them crazy not to know who’s sleeping in my bed tonight and I love that.”

Some laughters appeared when host Steve Blade quoted Bill Kaulitz’s twin brother Tom from the documentary: “I get everything from Bill, which other people are searching for in a relationship. So basically I just need somebody for the sexual part. And that’s something you can easily find.” Steve Blade asked Bill if this is a healthy attitude: “I don’t know. I guess others have to judge if it’s healthy. We sometimes wonder the same. We’re like one person and sometimes we don’t get how we are and how others see us. When we’re lonely, we’re together feeling alone. It never happens that one of us is pushing the other one up. When we’re feeling depressed, we’re feeling sad together. Everything always happens together. That makes it of course hard for a partner. Especially for Tom it’s more difficult. When I’m in love, it can happen that I’m just gone from today to tomorrow. I tend to do my own things then.”

„Tom has to tell in which distance they need to place the barriers in front of the stage. And then you ask yourself: isn’t there somebody else to decide this?“

What producer Oliver Schwabe impressed the most about the band was their energy and effort which they put in all their work: “they’re control freaks, which I found really interesting. It happens that somebody calls Tom out of the wardrobe, because Tom has to tell in which distance they need to place the barriers in front of the stage. And then you ask yourself: isn’t there somebody else to decide this? No! It’s always Tom! And he does this every day during the tour for month. This is something which impressed me a lot.”

Original article: flackernflimmern.com

Bill’s photo Interview for SĂŒddeutsche Zeitung


Question: You’ve been living in the United States for years. What are you hiding from?

Vous habitez aux États-Unis depuis quelques annĂ©es. De quoi vous cachez-vous?

sz

Question: What do you still absolutely want to do before you turn 30?

Que voulez-vous encore absolument faire avant vos trente ans?

sz2

Question: How do you face people who cannot stand your music?

Comment réagissez-vous face à ceux qui ne supportent pas votre musique?

sz3

Question: How do you feel today when you hear your first great hit ‘Durch den Monsun’?

Comment vous sentez-vous aujourd’hui lorsque vous entendez votre premier grand hit ‘Durch den Monsun’?

sz4

Question: What do you have, really always have, with you?

Qu’avez-vous, vraiment toujours, avec vous?

sz5

Question: How shall we imagine your life in Los Angeles?

Comment devrions-nous imaginer votre vie Ă  Los Angeles?

sz6

Question: If you weren’t popstars, who else would you be then?

Si vous n’Ă©tiez pas popstars, qui seriez-vous alors?

sz7

Question: Would it be a problem to you if your career with Tokio Hotel didn’t lead anywhere anymore?

Serait-ce un problĂšme pour vous si votre carriĂšre avec Tokio Hotel n’aboutirait plus quelque part?

sz8

Question: Which character trait have you strengthened in the past ten years?

Quel trait de caractÚre avez-vous développé au cours de la derniÚre décennie?

sz9

New interview for Mitteldeutsche Zeitung

Halle (Saale) In the summer of 2005, the teenagers Bill, Georg, Gustav and Tom, from Magdeburg, started a worldwide career with the group Tokio Hotel. Their first title Durch den Monsun has since become a hit, and made them famous from Russia to South America. “Dream Machine” is the tour with which they will come back to Leipzig in the spring of 2017. Anja Förtsch chatted with the brothers Bill and Tom Kaulitz, who have been living in Los Angeles for seven years.
 
Ten years ago, there wasn’t a day we would not hear something from you. It has been rather calm lately. How are you?
Bill Kaulitz: We are fine. We are always in the studio, and are very busy at the moment. There’s not a day we do not work on the album and on new songs, from early morning to late in the evening. We are in a race against the clock. If one does not do it, one would probably creep in the studio for years. Every band and every musician knows that.
 
Will the album be released this year?
Bill: Well, not in 2016 anymore (laughs) but there will be new music.
 
And a new tour?
Bill: It will start in March. We’ll start in London and we will include a lot of new materials. We’ll start in Europe for the first 30 gigs, then we will continue to South America. Starting in London worked well on our last tour, and that is why we keep it this way.
 
You will perform at the Haus Auensee in Leipzig. Have you deliberately chosen smaller venues?
Bill: We have already played in many clubs on the last tour. We’re doing a mix. Our music has changed a lot, it’s much more electronic than it used to be. That is why we transform even small clubs into real nightclubs and parties, to celebrate there. But we also played open airs when the weather would allow it.
Tom: We also played in a church in Hamburg, and did concerts in old theatres. We are always looking for venues where there is simply a cool clash between electronic night club and historical building. We want to keep everything fresh and special.
 
Your hit Durch den Monsun in 2005 has made you famous. Are you still playing it?
Bill: Absolutely! In fact only in English, but in Germany the fans sing in German and we end up being a minority. It is the same for me when I’m going to a concert; one wants to hear the songs with which the artists have become famous. “Monsoon” is part of the show, it still touches us after all those years. The song has changed our lives so radically that it is simply a part of us..
 
Bill, you have been going solo recently: your own music, a film in black and white, a photo book, you even wanted to go into fashion. Are you going to concentrate yourself less on music and more on other projects in the future?
Bill: We always do what we want. We find ourselves in all areas. For me, fashion and photography especially. I also love to do my own stuff and always keep it running side by side. Next month, I will finally bring my own fashion pieces on the market. There will soon be a movie in theatres about the band that you might also be interested in. There are definitely many projects on which we are working alongside. We are as a band at a point from where we only make the things we really want to do at 1000%. Everything else is always less cool. Uh, important. (Laughs).
Tom: Less fun (laughs)!
 
You have changed a lot too. Bill, you have already tried almost everything: long and short hair, black, blond, rose. Tom, you had dreadlocks at first, then rastas, now a bun and a beard. At which point fashion and style are important?
Bill: For georg, it is extremely important, for Tom and me it plays a supporting role (laughs). No, that’s nonsense, in fact it is a part of us. Fashion is my biggest passion with music. This is for me a form of expression, a form of freedom. Fashion, the costumes, the hair, one does not come without the other. I don’t see myself as someone who makes music around a campfire with a guitar. It is the same for the group. Our claim is to offer a real show. To create an experience that one can’t forget. And this always goes beyond the music.
 
You come from Magdeburg, and have been living for several years in Los Angeles. What links do you keep with your home country?
Bill: Tom and I always come back to Germany for Christmas, to see our family and friends. Since we are no longer living in Germany, we enjoy it quite differently. We now return with much more pleasure, and we are now inspired very differently by Germany. At the beginning of the year, we were in Berlin-Kreuzberg, where we laid the foundation for the new album in the studio. For the first time we were really inspired by a German city. So far we have always wanted to go to other countries and to other cities to create songs. But we also like to live anywhere. We love to travel and we want to go to India and Thailand. For us it is absolutely important to always be on the road.
 
Do you follow the political developments in the country from Los Angeles? The rise of the AfD and the right-wing populist?
Bill: Yes, absolutely! These are things that reach us and move us. This makes us angry and makes us sad and speechless. Especially when we see the results in Saxony-Anhalt, where we come from and where we grew up. The fact is the AfD in Germany fuels hatred by taking advantage of fear, and it’s happening everywhere in the world. In America too it’s the same, with Donald Trump. It affects us
English translation by THCanada
Source: MZ-Web.de

………………..

Halle (Saale) A l’étĂ© 2005 les ados Bill, Georg, Gustav et Tom, originaires de Magebourg,ont commencĂ© une carriĂšre mondiale avec le groupe Tokio Hotel. Leur premier titre Durch den Monsun est depuis un hit et les a rendus cĂ©lĂšbres de la Russie Ă  l’AmĂ©rique du Sud. La tournĂ©e s’appelle Dream Macine, pendant laquelle ils viendront Ă©galement Ă  Leipzig au printemps 2017. Anja Förtsch a discutĂ© avec les frĂšres Bill et Tom Kaulitz, qui vivent depuis sept ans Ă  Los Angeles.

Il y a dix ans il ne se passait pas une journĂ©e sans que l’on entende parler de vous. Ces derniers temps c’est plutĂŽt devenu calme. Comment allez-vous ?
Bill Kaulitz: nous allons bien. Nous sommes tout le temps en studio, nous sommes trĂšs occupĂ©s en ce moment. Il n’y a pas une journĂ©e oĂč nous ne travaillons pas sur l’album et sur de nouvelles chansons de tĂŽt le matin Ă  tard le soir. Nous nous sommes lancĂ©s dans une course contre la montre. Si on ne fait pas ceci, nous pourrions rester des annĂ©es enfermĂ©s en studio. Chaque groupe et artiste connait cela.

Est-ce que l’album sortira cette annĂ©e ?
Bill : alors en 2016, non, plus maintenant (rit) Mais il y aura de nouvelles musiques.

Et une nouvelle tournée ?
Bill : elle commencera en mars. Nous allons commencer Ă  Londres et nous allons y inclure beaucoup de nouveaux matĂ©riaux. En Europe nous allons commencer par les 30 premiĂšres dates, ensuite nous continuerons en AmĂ©rique du Sud. Commencer Ă  Londres, ça nous a portĂ© chance lors de la derniĂšre tournĂ©e, c’est pourquoi nous avons conservĂ© cela.

A Leipzig vous jouerez Ă  la Haus Auensee. Vous ĂȘtes vous aussi dĂ©cidĂ©s pour des salles plus petites ?
Bill : nous avons dĂ©jĂ  jouĂ© dans beaucoup de clubs lors de la derniĂšre tournĂ©e. Nous faisons un mix. Notre musique a aussi beaucoup changĂ©, elle est beaucoup plus Ă©lectronique qu’elle ne l’a Ă©tĂ© avant. C’est pourquoi cela nous a parut Ă©vident de mĂ©tamorphoser des clubs en vrais night-clubs et d’y faire la fĂȘte. Nous avons jouĂ© en plein air quand le temps le permettait.
Tom : nous avons aussi jouĂ© ans une Ă©glise Ă  Hambourg ou dans de vieux thĂ©Ăątres. Nous cherchons toujours des endroits oĂč il y un lien gĂ©nial entre des clubs Ă©lectro et des bĂątiments historiques. Nous voulons que tout reste nouveau et spĂ©cial.

Votre hit Durch den Monsun en 2005 vous a rendu célÚbres. Est-ce que vous le jouez encore ?
Bill : absolument ! En fait seulement en anglais, mais en Allemagne les fans nous mettent parfois en minoritĂ© quand ils chantent en allemand. Il en est de mĂȘme pour moi quand je vais Ă  un concert : on veut entendre les chansons avec lesquelles les artistes sont devenus cĂ©lĂšbres. Monsun est une partie du concert, qui nous remue toujours aprĂšs toutes ces annĂ©es. Cette chansons a tellement changĂ© nos vies, qu’elle est devenue aussi une partie de nous.

Bill, vous vous ĂȘtes lancĂ©s en solo rĂ©cemment: vos propres musiques, un film en noir et blanc, un livre photo, vous voulez aussi vous lancer dans la mode. Allez vous vous concentrer moins sur votre musique et davantage sur d’autres projets ?
Bill: nous ne faisons que ce que nous avons envie de faire. Nous vivons notre vie dans plusieurs domaines. Pour moi c’est la mode et la photo. Je m’occupe avec plaisir de mon projet solo et j’y travaille toujours en parallĂšle. Le mois prochain je sortirai enfin ma propre ligne de vĂȘtements. Il y aura Ă©galement bientĂŽt un film sur le groupe au cinĂ©ma.
Il y a bien sĂ»r beaucoup de projets dans lesquels nous pouvons nous dĂ©velopper et sur lesquels nous travaillons en parallĂšle. Nous sommes Ă  un point dans le groupe, oĂč nous faisons seulement les choses que nous avons envie de faire Ă  1000%.Tout le reste est toujours moins cool. Ah, important !
Tom : moins cool aussi !

Vous avez aussi beaucoup changĂ©. Bill, vous avez dĂ©jĂ  presque tout testĂ© : longs cheveux, courts, noirs, blonds, roses. Tom, vous avez d’abord eu des dreads, ensuite des rastas, maintenant un chignon et une barbe. A quel point la mode et le style sont importants ?
Bill: pour Georg c’est extrĂȘmement important, pour Tom et moi ça joue un second rĂŽle (rit). Non, ce sont des bĂȘtises, en fait ça fait partie de nous. La mode est ma plus grande passion avec la musique. C’est pour moi une forme d’expression, une forme de libertĂ©. La mode, les costumes, la coiffure, l’un ne va pas sans l’autre.
Je ne me vois pas comme quelqu’un qui fait de la musique autour d’un feu de camp avec une guitare. Il en va de mĂȘme pour le groupe. Notre revendication est de proposer un vrai show. De crĂ©er une expĂ©rience qu’on ne peut pas oublier. Et ça tient toujours Ă  la musique.

Vous venez de Magdebourg, et vivez depuis plusieurs annĂ©es Ă  Los Angeles. Quels liens gardez-vous avec votre pays d’origine ?
Bill : Tom et moi revenons toujours en Allemagne pour NoĂ«l, pour voir la famille et les amis. Depuis que nous ne vivons plus en Allemagne, nous en profitions autrement. Nous revenons maintenant beaucoup plus avec plaisir, et nous sommes inspirĂ©s de maniĂšre trĂšs diffĂ©rente par l’Allemagne maintenant.
En dĂ©but d’annĂ©e nous Ă©tions Ă  Kreutzberg Ă  Berlin en studio, et nous avons posĂ© les fondations du nouvel album. Pour la premiĂšre fois nous avons Ă©tĂ© de nouveau inspirĂ©s par une ville allemande. Jusqu’à maintenant nous voulions toujours ĂȘtre dans d’autres pays ou villes pour Ă©crire des chansons. Mais nous vivons partout facilement. Nous aimons les voyages et nous voulons absolument aller en Inde et en ThaĂŻlande. Pour nous c’est vraiment important d’ĂȘtre toujours sur les routes.

Suivez vous aussi depuis Los Angeles l’évolution politique de l’Allemagne ? La montĂ©e de l’AfD ou des populistes de droite ?
Bill : oui absolument ! Ce sont des choses qui nous atteignent et nous remuent. Ça nous met en colĂšre et nous rend triste et sans voix. Surtout quand on voit les rĂ©sultats en Sachsen Anhalt, d’oĂč nous venons et oĂč nous avons grandi. Le fait que l’AfD en Allemagne alimente la haine en tirant profit de la peur des gens, ça se passe partout dans le monde. En AmĂ©rique aussi c’est la mĂȘme, avec Donald Trump. Ça nous touche.

Traduction française par la Street Team France
Source: MZ-Web.de

New interview for Superior Magazine

Quatre amis, deux jumeaux, un groupe, un immense succÚs. Leur histoire ressemble à un conte de fées, et ceux qui ne connaitraient pas encore Tokio Hotel ont du mal à le croire.

ÉlevĂ©s Ă  Magdebourg, une ville du nord de l’Allemagne, les jumeaux Bill et Tom Kaulitz ont fondĂ© leur premier groupe, Black Questionmark, alors qu’ils n’avaient mĂȘme pas dix ans. En 2001, quelques annĂ©es plus tard, ils ont rencontrĂ© Gustav SchĂ€fer et Georg Listing et ont commencĂ© Ă  faire de la musique ensemble sous le nom de Devilish ; le groupe sera ensuite rapidement rebaptisĂ© Tokio Hotel. Un producteur musical les a dĂ©couverts lors d’un concert local et, quand ils ont sorti leur premier album en 2005, les Tokio Hotel Ă©taient sous contrat avec Universal Music Group. Le groupe a connu un succĂšs fulgurant : le single « Durch den Monsun » s’est immĂ©diatement retrouvĂ© en premiĂšre place des classements allemands et l’album « Schrei » s’est vendu Ă  1,5 millions d’exemplaires dans le monde entier. En 2007, Tokio Hotel Ă©tait en tournĂ©e partout dans le monde avec son deuxiĂšme album « Zimmer 483 ». Les salles de concert se sont emplies d’adolescentes en pleurs et hurlantes, les fans Ă©trangers ont commencĂ© Ă  apprendre l’allemand, les filles manquaient l’Ă©cole et s’Ă©vanouissaient d’Ă©motion Ă  la vue des garçons. Soit vous adoriez Tokio Hotel, soit vous les dĂ©testiez, il n’y avait pas d’entre-deux.

Mais le succĂšs du groupe a eu des revers. Tom et Bill en particulier ne pouvaient quitter leur maison sans sĂ©curitĂ©, aller Ă  l’Ă©cole leur Ă©tait devenu impossible et les paparazzis les suivaient 24h/24. Quand les jumeaux ont dĂ©couvert, en rentrant chez eux aprĂšs leur 21e anniversaire, que quelqu’un s’Ă©tait introduit chez eux et avait fouillĂ© leurs armoires, ils ont finalement dĂ©cidĂ© de quitter l’Allemagne et de dĂ©mĂ©nager Ă  Los Angeles pour se reposer.

Quatre ans plus tard, le quatriĂšme album de Tokio Hotel, « Kings of Suburbia », est sorti en octobre 2014. Les garçons ne considĂšrent pas qu’ils sont « de retour » car ils estiment n’ĂȘtre jamais rĂ©ellement partis, mais ils ont pu recharger leurs batteries et repartent Ă  prĂ©sent en tournĂ©e avec « Feel It All » Ă  partir de mars 2015.

Merci beaucoup de nous accueillir ! Depuis la sortie de votre dernier album, « Humanoid », en 2009, beaucoup de choses ont changĂ©. En quoi votre processus d’enregistrement a-t-il Ă©tĂ© diffĂ©rent cette fois-ci ?
Bill : Je pense que la diffĂ©rence principale entre cet album et les prĂ©cĂ©dents est que nous avons cette fois-ci tout produit nous-mĂȘmes. Nous avions un studio chez nous, ce que nous n’avions pas avant. Et nous n’avions pas de limite de temps – nous avons simplement Ă©crit et composĂ© de la musique, sans que cela ne doive ĂȘtre prĂȘt pour une certaine date. Nous avons pu faire ce que nous aimons et rĂ©aliser un album avec lequel nous nous sentons bien.

Tom : J’ai l’impression que tout a changĂ© ! Notre premier album est sorti il y a dix ans. À l’Ă©poque, nous avions 15 ans, maintenant nous en avons 25… Le groupe a Ă©voluĂ©. Nous avons changĂ© la maniĂšre dont nous produisons, Ă©crivons et jouons notre musique. Nous avons changĂ© en tant qu’artistes et en tant que personnes. Je pense que le seul qui n’a pas du tout Ă©voluĂ© est Georg… [rires]
Georg : Je suis encore frais.
Tom : Il est toujours un mauvais bassiste. Mais Ă  part ça, tout a changĂ©…
Bill : Mais de maniĂšre naturelle !
Tom : Et ça devrait. Ça serait terrible si nous n’avions pas changĂ© et si nous faisions toujours de la musique de la mĂȘme maniĂšre que lors de la sortie de « Schrei ».

C’est gĂ©nial que vous ayez rĂ©ussi Ă  rester ensemble. C’est difficile, surtout quand on est si jeune et qu’on vit tellement de choses. Qu’est-ce qui vous tient ensemble, en tant que groupe ?
Bill : Je pense que c’est le fait que nous ayons grandi ensemble. Nous Ă©tions dĂ©jĂ  amis et avons appris Ă  nous connaĂźtre parce que nous vivions dans une trĂšs petite ville. Nous Ă©tions les seuls jeunes musiciens lĂ -bas, nous avons donc fait connaissance et sommes devenus amis !

Tom : Et avant Tokio Hotel, nous formions déjà un groupe depuis cinq ans !
Bill : Nous nous connaissons depuis si longtemps et sommes de si bons amis, nous nous sentons donc comme une famille. Nous n’avons jamais eu de grosse dispute, nous nous respectons mutuellement ainsi que nos diffĂ©rences. Nous sommes comme des frĂšres et nous nous connaissons trĂšs bien… et je pense que c’est pour cela que nous sommes toujours ensemble.

Lorsque vous viviez en Californie, vous ĂȘtes-vous lancĂ©s dans d’autres activitĂ©s artistiques ?
Tom : Nous nous sommes juste concentrĂ©s sur notre musique. Mais comme seuls Bill et moi avons dĂ©mĂ©nagĂ© Ă  Los Angeles, les gens nous demandent toujours : « Qu’est-ce que ça implique pour le groupe ? », puisque les deux autres sont restĂ©s en Allemagne. Je pense que l’on ne peut faire cela que si l’on est trĂšs proches – nous sĂ©parer n’a jamais Ă©tĂ© envisagĂ©, jamais. Nous n’avons jamais voulu faire quoi que ce soit d’autre. Bill s’intĂ©resse beaucoup Ă  la mode, mais Ă  part ça, la musique a toujours Ă©tĂ© notre prioritĂ©.

L’image que l’on a de L.A. est celle de vĂ©gĂ©tariens trĂšs en forme, obsĂ©dĂ©s par leur santĂ©. Est-ce que vous confirmez cela ?
Tom : Tout Ă  fait. Tout le monde se prĂ©occupe de vivre sainement, de manger de la bonne nourriture,…

Bill : J’ai parfois l’impression d’ĂȘtre un junkie europĂ©en quand je suis lĂ -bas. Ils ont tous un mode de vie si sain ! Quant Ă  nous, nous fumons, nous buvons, nous ne faisons pas de sport et nous ne mangeons que des cochonneries, c’est dingue. Et nous nous levons tard et restons Ă©veillĂ©s toute la nuit, alors que les gens vont dormir trĂšs tĂŽt, lĂ -bas ! Tout le monde se lĂšve Ă  6h, fait du sport… Et je ne fais pas ça du tout ; nous avons une vie vraiment diffĂ©rente.

À Berlin, c’est le contraire…
Bill : La vie ne serait pas aussi facile ici, mais j’adore Berlin.

Tom : De toutes les villes d’Allemagne, je choisirais de vivre Ă  Berlin. Je pense acheter une maison ici.
Bill : Maintenant que nous ne vivons plus en Allemagne, nous l’apprĂ©cions encore plus.

Quelles sont les autres villes que vous aimez ? Vous avez joué un concert à la Tour Eiffel et vous vous intéressez à la mode ; vous devez aimer Paris ?
Bill : J’adore Paris ! J’aimerais beaucoup y vivre aussi. J’aimerais vivre dans plein de villes, juste pour toutes les essayer. J’aime beaucoup Rome, et Milan. L’Italie est gĂ©niale !

Tom : J’aime beaucoup Barcelone. Il y a beaucoup de villes d’Europe que j’aime bien.

Vous avez grandi en Allemagne, et la mentalitĂ© amĂ©ricaine est trĂšs diffĂ©rente par rapport Ă  l’Europe. Avez-vous subi un grand choc culturel en arrivant Ă  L.A. ?
Bill : L.A. est une trĂšs belle ville, mais elle est parfois artificielle et peu fiable. En Allemagne, nous avons Ă©tĂ© Ă©levĂ©s pour ĂȘtre trĂšs ponctuels, et nous sommes donc toujours Ă  l’heure. MĂȘme avec la circulation Ă©pouvantable de L.A. ! C’est quelque chose de typiquement allemand… mais c’est aussi pour ça que les AmĂ©ricains adorent les Allemands. Dans tous les hĂŽtels et restaurants, il y a un manager allemand, parce que les Allemands sont trĂšs organisĂ©s.

Tom : Mon objectif principal est de créer mon propre pays. [rires]
Georg : Comment tu l’appellerais ?
Tom : Je ne sais pas.
Bill : Tu veux crĂ©er le pays parfait. J’aimerais crĂ©er la ville parfaite, ça serait dĂ©jĂ  un bon dĂ©but.
Tom : Je veux faire un pays, et prendre les meilleures choses de tous les autres pays pour en faire le pays parfait.
Georg : J’ai vu une photo d’une Ăźle qui ressemble Ă  un pĂ©nis… Ça serait bien pour toi.
Tom : Ça serait bien, oui. « Le Royaume de Tom », ou quelque chose comme ça.

Quel a été votre moment préféré à L.A. ? Et quel endroit considérez-vous comme votre maison ?
Bill : Je pense que je pourrais dĂ©mĂ©nager n’importe oĂč dans le monde dĂšs demain… et tant que j’ai mon chien, mon frĂšre et ma famille, je me sentirai chez moi. Nous avons grandi en voyage, Tom et moi avons eu notre premier appartement alors que nous n’avions que 15 ans ! Puis nous avons vĂ©cu sur les routes pendant si longtemps… Je me sens trĂšs facilement Ă  la maison. Pour le moment, je dirais que c’est Los Angeles ; mais ça peut changer.

Tom : Cela n’a rien Ă  voir avec l’endroit, c’est notre sentiment qui est important.
Bill : J’adore la libertĂ© que nous avons Ă  L.A. ! Cela a beaucoup influencĂ© l’album, de vivre une vie normale comparĂ©e Ă  notre vie en Europe. Nous pouvions sortir, boire un cafĂ©… nous nous sommes amusĂ©s, nous avons simplement vĂ©cu et cherchĂ© l’inspiration.

Je suppose que ça a dĂ» ĂȘtre trĂšs rafraĂźchissant.
Bill : Ça l’Ă©tait ! C’Ă©tait tellement bien. La premiĂšre fois que nous avons pu ĂȘtre seuls et nous dĂ©brouiller.

Quand vous retournez dans votre ville natale de Magdebourg, comment vous sentez-vous ?
Bill : C’est vraiment bizarre. Je me rappelle la premiĂšre fois que j’y suis retournĂ©, j’avais l’impression que c’Ă©tait une vie totalement diffĂ©rente. Nous avons tellement changĂ©… tout semble plus petit. Mais c’est peut-ĂȘtre juste parce que nous sommes plus grands maintenant. En tout cas, c’est bizarre.

Tom : Mais c’est la mĂȘme chose pour tout le monde – tous ceux qui ont dĂ©mĂ©nagĂ© dans une autre ville et ont dĂ©marrĂ© une nouvelle vie doivent ressentir cela quand ils rentrent chez eux.
Bill : Mais je n’ai pas de connexion avec cette ville, ou avec l’Ă©cole oĂč je suis allĂ© – je ne l’ai jamais eue, mĂȘme quand nous y habitions. Les gens ont toujours eu une certaine fiertĂ©, s’enthousiasmaient pour l’Ă©cole et ce genre de choses, mais je n’ai jamais voulu faire ça. J’avais l’impression de ne pas ĂȘtre Ă  ma place.
Tom : C’est diffĂ©rent pour Gustav et Georg, ils vivent encore lĂ -bas.
Georg : Oui, nous vivons toujours Ă  Magdebourg.

Vous sentez-vous un peu dĂ©connectĂ©s ? Vous avez tellement changĂ© mais l’endroit est restĂ© le mĂȘme ?
Georg : Plus ou moins… [Tom rigole] mais nous voyageons beaucoup, donc pour moi c’est une bonne chose de pouvoir me reposer lĂ -bas, me dĂ©tendre. Je passe beaucoup de temps avec ma famille, je me promĂšne avec mon chien. C’est l’Ă©quilibre parfait.

Notre Ă©poque devient de plus en plus numĂ©rique. Comment avez-vous gĂ©rĂ© l’importance croissante des rĂ©seaux sociaux, alors que vous vouliez vous cacher ?
Bill : Au dĂ©but, nous ne faisions rien du tout. Pas de Facebook, pas de Twitter, rien. En fait, j’espĂ©rais que cela disparaĂźtrait rapidement.

Tom : Moi aussi, j’espĂ©rais que ça ne serait qu’une phase.
Bill : Nous avions vraiment besoin de protĂ©ger ce qu’il restait de notre vie privĂ©e. Je n’arrive pas Ă  comprendre pourquoi les gens abandonnent quelque chose de si important aussi facilement. Mais cela a changĂ© – aujourd’hui, tu dois prendre ça en compte, nous avons donc dĂ» nous y confronter et nous avons appris Ă  l’apprĂ©cier un peu. Il y a beaucoup d’avantages Ă  utiliser les rĂ©seaux sociaux. C’est un moyen d’entrer directement en contact avec les fans, de communiquer sans que les tabloĂŻds se mettent entre nous, et je trouve ça gĂ©nial. J’utilise beaucoup Instagram aujourd’hui. Mais nous nous fixons quand mĂȘme des limites – je n’arrive pas Ă  croire ce que certaines personnes postent.

Quand Tokio Hotel a commencĂ© Ă  avoir du succĂšs, toutes ces plateformes n’existaient quasiment pas encore. Êtes-vous contents de cela, surtout lorsqu’on voit la vitesse Ă  laquelle vous avez perdu votre vie privĂ©e ?
Tom : Absolument.

Bill : Eh bien, quand nous avons commencĂ©, toutes ces choses Ă©taient encore assez nouvelles. Mais avec des projets comme Tokio Hotel TV, nous avons Ă©tĂ© l’un des premiers groupes Ă  avoir un podcast quotidien. Et cela nous a aidĂ©s, les gens adoraient ça. Mais aujourd’hui, c’est trĂšs difficile ! Il y a tellement de personnes qui partagent leur musique et leur talent que c’en est presque impossible de devenir une star de YouTube, il me semble.
Tom : Tout s’est tellement emballĂ©, c’est devenu plus difficile pour tout le monde. Il y a dix ans, quand nous avons jouĂ© au Japon, nous nous sommes dit : « Si nous nous plantons, personne en Europe ne le saura. » Mais aujourd’hui, si tu rates quelque chose, tout le monde le saura trĂšs vite !
Bill : Exactement ! Si je fais quelque chose sur scĂšne et que j’allume ensuite mon tĂ©lĂ©phone aprĂšs le concert, c’est dĂ©jĂ  partout. C’est dingue.
Tom : Il y a des avantages, mais aussi des inconvĂ©nients. Dans l’ensemble, tout est devenu plus complexe. Et nous avons dĂ» prendre cela en compte lors de la promotion de notre nouvel album. La tĂ©lĂ©vision musicale n’existe plus vraiment aujourd’hui, les rĂ©seaux sociaux l’ont remplacĂ©e.

Mais cela ne nous affecte pas uniquement au niveau professionnel – comment cela vous-a-t-il affectĂ© en tant que personnes, et non en tant que musiciens ? Comment gĂ©rez-vous vos relations personnelles ?
Bill : Je ne pense pas que cela m’ait changĂ©. Non ? [Il regarde autour de lui. Les autres membres secouent la tĂȘte.] Tom est trĂšs ringard en ce qui concerne les tĂ©lĂ©phones, il ne l’utilise presque jamais et ne fait qu’appeler ou envoyer des sms. Il n’a mĂȘme pas d’applications et ne suit aucun blog.

Tom : J’aimerais profiter de l’occasion pour faire de la pub pour mon compte Instagram. Il s’appelle « TOM KAULITZ », et je n’ai pas encore postĂ© de photos – mais mon objectif est d’avoir plus d’abonnĂ©s que le reste du groupe sans poster de photos. Si j’atteins cet objectif, peut-ĂȘtre que je posterai enfin quelque chose.
Georg : Mais juste une photo.

Vous avez eu du succĂšs trĂšs tĂŽt et trĂšs rapidement – avez-vous l’impression d’avoir manquĂ© certaines expĂ©riences ? Et y en a-t-il que vous ĂȘtes heureux d’avoir manquĂ©e ?
Bill : Nous avions une vie complĂštement diffĂ©rente – je suis trĂšs content de n’avoir plus Ă©tĂ© Ă  l’Ă©cole, parce que je dĂ©teste vraiment Ă©tudier et je voulais m’en aller. Donc je suis content de ne pas avoir dĂ» faire des Ă©tudes stupides qui ne me plaisent pas.

Tom : Moi aussi – se lever trĂšs tĂŽt le matin pour aller Ă  l’Ă©cole quand il pleut… Je suis content d’avoir manquĂ© ça.
Bill : Mais d’un autre cĂŽtĂ©, nous Ă©tions toujours surveillĂ©s. Nous n’avions qu’un petit groupe de personnes en qui nous avions confiance et avec qui nous interagissions quotidiennement. Et nous avons eu des responsabilitĂ©s trĂšs tĂŽt – Ă  15 ans, je pensais ĂȘtre assez grand pour gĂ©rer cela et je voulais tout contrĂŽler. Mais avec le recul, je pense que j’aurais dĂ» attendre encore un peu, peut-ĂȘtre que toutes ces responsabilitĂ©s Ă©taient un peu trop lourdes Ă  porter Ă  cet Ăąge-lĂ . Si je pouvais revenir en arriĂšre, je ferais ça diffĂ©remment. Nous avons dĂ» grandir trop vite.
Georg : Mais nous avons quand mĂȘme vĂ©cu tellement de choses incroyables, nous avons voyagĂ© partout…

Vous avez dit tout Ă  l’heure que vous faites trĂšs attention avec ce que vous mettez sur Internet – pensez-vous que c’est pour prendre de la distance par rapport Ă  toute cette pression que vous aviez quand vous Ă©tiez adolescents ?
Bill : Oui, un peu. Nous essayons de prendre de la distance, mais c’est difficile. C’est un mĂ©tier trĂšs personnel, tu publies ta propre histoire, ta musique, et tout le monde peut la voir… Nous avons aussi subi beaucoup de haine.

Tom : C’est difficile de faire confiance aux gens. Nous avons dĂ©couvert trĂšs tĂŽt que nous ne pouvions pas faire confiance Ă  beaucoup de personnes, et nous nous sommes alors isolĂ©s Ă  cause de ça. À l’Ă©poque, si nous disions quelque chose Ă  quelqu’un, ça se retrouvait dans les journaux le lendemain. Surtout quand nous Ă©tions jeunes – tout ce que nous buvions, toutes les filles avec qui nous passions la nuit… Nous nous sommes rendu compte que nous devions nous protĂ©ger. Et c’est ce que nous faisons encore aujourd’hui.

Je me rappelle qu’il y a eu des rĂ©actions trĂšs violentes, presque du harcĂšlement. Que diriez-vous Ă  ces personnes aujourd’hui ?
Bill : Je dois dire que j’apprĂ©ciais cela. C’est mieux que les gens aient une opinion nĂ©gative que pas d’opinion du tout. J’Ă©tais dĂ©jĂ  confrontĂ© Ă  ce genre de rĂ©actions Ă  l’Ă©cole, quand je m’habillais diffĂ©remment des autres ; et ça me plaisait, j’aimais en jouer et voir les rĂ©actions des gens. Quand j’y repense aujourd’hui, je me dis parfois : « J’aurais peut-ĂȘtre dĂ» m’habiller diffĂ©remment. » Mais je ne me suis jamais forcĂ©, ça venait naturellement. En ce qui concerne la musique, c’Ă©tait important pour nous de prouver notre valeur aux gens, surtout pour le deuxiĂšme album. Nous devions leur montrer que nous n’avons pas juste fait un tube grĂące Ă  la chance, mais que nous savons rĂ©ellement jouer de nos instruments que nous pouvons percer en tant que groupe. Et je pense que nous avons rĂ©ussi. Avec le troisiĂšme album, nous Ă©tions plus dĂ©tendus, et nous ne pensions plus aux rĂ©actions des gens. Je pense qu’aprĂšs 10 ans, nous n’avions plus besoin de prouver notre valeur et nous avons pu faire un album qui nous plait.

Bill, tu as toujours assumĂ© tes goĂ»ts. Et aujourd’hui, beaucoup de tes traits de caractĂšres sont non seulement acceptĂ©s, mais Ă©galement cĂ©lĂ©brĂ©s. Penses-tu que cela te permet davantage d’ĂȘtre toi-mĂȘme ? Et comment, en tant que groupe, gĂ©rez-vous cela ?
Bill : Le plus important pour nous est d’ĂȘtre authentiques. Je ne me suis jamais rĂ©ellement intĂ©grĂ© nulle part, je pense. C’est pour ça que je dĂ©testais aller Ă  l’Ă©cole… Je devais ĂȘtre libre, je dĂ©teste quand les gens me disent quoi faire. Et je ne le fait pas non plus – c’est important que les gens puissent s’exprimer, quoi qu’il arrive. Je ne dirais jamais Ă  Gustav comment il doit s’habiller, par exemple.

Mais il y aura toujours des réactions négatives. Comment-vous protégez vous ?
Tom : Les gens cĂ©lĂšbrent de plus en plus l’individualitĂ© aujourd’hui, et c’est donc plus facile qu’avant d’ĂȘtre soi-mĂȘme. Mais nous n’avons jamais eu ce problĂšme au sein du groupe. Nous faisions attention les uns aux autres, nous nous protĂ©gions mutuellement. Bill a exprimĂ© ses goĂ»ts trĂšs jeune, comme peu de personnes l’auraient fait, et il avait donc parfois besoin qu’on le protĂšge. Nous avons toujours Ă©tĂ© ensemble, Ă  deux, avec le mĂȘme avis. MĂȘme si nous n’avions pas d’amis, nous n’Ă©tions jamais seuls. Je ne sais pas oĂč je serais sans lui.

Bill : Je n’Ă©tais jamais seul nulle part. Et je n’ai jamais eu peur des rĂ©actions des autres, parce que je savais que j’avais quelqu’un avec moi. Je me sens toujours en sĂ©curitĂ© quand je suis avec eux… Je n’ai jamais eu peur du public quand nous Ă©tions ensemble.
Tom : Et croyez-moi, c’Ă©tait parfois effrayant. Certains publics ont trĂšs mal rĂ©agi, surtout quand nous Ă©tions encore jeunes.
Bill : Ils nous jetaient des Ɠufs !
Tom : Mais nous avons toujours Ă©tĂ© Ă  quatre, fidĂšles les uns aux autres. Et nos fans nous ont bien sĂ»r aidĂ©s. Nous avions besoin d’eux.

Être toujours ensemble, vous protĂ©ger mutuellement, faire toujours ce que vous voulez, quoi qu’il arrive – l’image de Tokio Hotel est devenue la lueur d’espoir pour les personnes brutalisĂ©es. Pour les exclus, pour les personnes qui s’habillent diffĂ©remment. Vous devez en ĂȘtre fiers !
Bill : Chaque fois que je vois ça, mĂȘme aujourd’hui, cela me rend trĂšs heureux. C’est la plus belle chose possible, inspirer les gens Ă  rĂ©aliser leurs rĂȘves, les pousser Ă  vouloir ĂȘtre eux-mĂȘmes. Cela me touche beaucoup, parce que c’est exactement ce que je veux faire.

Vous ne pouvez cependant pas atteindre tout le monde. Est-ce que cela vous fait parfois mal de penser qu’il y a des gens qui voudraient vraiment entrer en contact avec vous, qui ont besoin de votre aide, et qui ne peuvent vous atteindre, et vous ne pouvez pas les atteindre ?
Bill : C’est vrai qu’il y a aussi des gens que nous rendons tristes, parce qu’ils nous aiment depuis longtemps et veulent absolument nous rencontrer mais n’ont jamais l’occasion de nous voir ou de nous parler ; et ça les rend tristes. Je ne veux briser le cƓur de personne, et c’est parfois trĂšs difficile, oui. Les gens nous respectent, peut-ĂȘtre mĂȘme nous admirent… et je ne pourrai jamais rĂ©ellement les rencontrer, mĂȘme si je le voulais. Et ça me prend beaucoup d’Ă©nergie.

Avez-vous un message pour tous ceux qui vous Ă©coutent ?
Bill : Nous espĂ©rons nous amuser beaucoup pendant cette tournĂ©e, et inspirer les gens. Nous avons hĂąte de revoir tout le monde, et de jouer dans de petites salles. Ça va ĂȘtre gĂ©nial !

Êtes-vous contents d’ĂȘtre de retour ?
Bill : TrĂšs contents ! [Les autres hochent la tĂȘte avec enthousiasme.]

Traduction par *Elena*

New interview for Kaltblut Magazine: “Tokio Hotel: Cult Kids, All-Grown-Up”

“Love has no gender or religion, no borders” – Tokio Hotel told KALTBLUT as we chatted about their new album “Kings of Suburbia” [Island Records] and their upcoming world tour–“Feel It All: The Club Experience”–due to kick off in London next week. Inspired by the wanton debauchery of their newfound home in downtown L.A, Germany’s favourite lost boys Bill & Tom are finally all grown up–as are their teenage cult following–but do they still feel like aliens?

« L’amour n’a pas de sexe ou de religion, il n’a aucune frontiĂšre » – c’est ce qu’a dit Tokio Hotel Ă  KALTBLUT pendant que nous discutions de leur nouvel album « Kings of Suburbia » [Island Records] et de leur nouvelle tournĂ©e mondiale – « Feel It All : The Club Experience » – qui sera lancĂ©e Ă  Londres la semaine prochaine. InspirĂ© par la luxure gratuite de leur nouveau chez eux dans le centre de LA, les garçons Ă©garĂ©s prĂ©fĂ©rĂ©s d’Allemagne, Bill et Tom, ont finalement bien grandi – tout comme leur culte adolescent – mais se sentent-ils encore comme des extraterrestres ?

tokiohotel_kaltblutinterview
Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by www.the-impossible-project.com

If the latest visual offering for “Love Who Loves You Back” is anything to go by, they’re now 25-years-young, frequently dark corners in Berghain-esque nightclubs where the rules to which they could never succumb do not matter, in fact do not exist at all. As they encourage fans worldwide to revel in this delicious boundary-free sphere, will they finally plug the void which MySpace friends once used to fill?


Si la derniĂšre offre visuelle pour « Love Who Loves You Back » a quelque chose Ă  voir avec cela, ils sont maintenant des jeunes de 25 ans qui frĂ©quentent souvent les coins sombres dans des discothĂšques similaires au Berghain, oĂč les rĂšgles de ne jamais succomber n’ont pas d’importance et qui en rĂ©alitĂ©, n’existent pas. Comme ils encouragent les fans du monde entier Ă  se dĂ©lecter de cette dĂ©licieuse sphĂšre anti-frontiĂšre, boucheront-ils enfin le vide que les amis de MySpace ont eu l’habitude de combler ?

KALTBLUT: How did you record the new album?

Bill: So Georg and Gustav were still living in our home town, they still live in Germany now. Me and Tom moved to L.A. so we weren’t working together all the time, but we got to meet in the studio together for band recordings and live recordings. They came to L.A. once in a while, other times we would go to meet them in Germany.

Tom: We’ve been in Germany too. We recorded in a lot of different studios. This record took us four years of work I think, and constantly being in the studio producing, songwriting. So at the end of the day it was a collection of four years of songwriting – we ended up recording in a lot of different places.

KALTBLUT: Four years is a really long time!

Bill: Yeah I know, but we were constantly working on it. We wrote a lot of songs. There were so many songs that didn’t end up on the record, and we’d rather put less songs on there so we could form the perfect album. We decided to put eleven tracks on in order to do that. We also wrote a lot of songs that we wrote for ourselves that we will save to offer to other artists as well. That’s something we wanted to do anyway, produce for other people too.

KALTBLUT : Comment avez-vous enregistré le nouvel album ?
Bill : Bien, Georg et Gustav vivaient encore dans notre ville natale, ils vivent toujours Ă  l’heure actuelle en Allemagne. Tom et moi avons dĂ©mĂ©nagĂ© Ă  LA, ce qui fait que nous n’avons pas travailler tout le temps ensemble, mais nous nous sommes tous rĂ©unis au studio pour les enregistrements du groupe et pour les enregistrements live. Ils sont de temps en temps venus Ă  LA, et les autres fois, c’est nous qui allions Ă  leur rencontre en Allemagne.
Tom : Nous avons aussi Ă©tĂ© en Allemagne. Nous avons enregistrĂ© dans beaucoup de studios diffĂ©rents. Cet album nous a pris quatre ans de travail je pense, et nous sommes constamment au studio pour la production et pour l’Ă©criture de chansons. Donc, au bout du compte, il regroupe une collection de quatre annĂ©es d’Ă©criture de chansons – nous avons terminĂ© l’enregistrement dans beaucoup d’endroits diffĂ©rents.

KALTBLUT : Quatre ans, c’est vraiment une longue pĂ©riode !
Bill : Oui je sais, mais nous avons travaillĂ© constamment sur celui-ci. Nous avons Ă©crit beaucoup de chansons. Il y a tellement de chansons qui n’ont pas Ă©tĂ© finie pour l’album, et nous avons prĂ©fĂ©rĂ© mettre moins de chansons dessus pour pouvoir constituer l’album parfait. Nous avons dĂ©cidĂ© d’y mettre onze chansons pour y parvenir. Nous avons aussi Ă©crit un tas de chansons pour nous que nous allons garder et que nous allons aussi proposer Ă  d’autres artistes. C’est quelque chose que nous voulons faire de toute façon, produire pour d’autres personnes.

imagecache_h_800_image_1926364092_c

KALTBLUT: What kind of other artists are you thinking of?

Tom: Oh I don’t know, it’s like in general we enjoy good music, so at the end of the day I’m not thinking in any specific genre or anything like that. For me it’s like I can enjoy that it’s good production, no matter what type of music it is – I can enjoy a good pop song, a good rock song, I like every kind of music as long as it’s well made. I’m 100% open to new ideas.

KALTBLUT: It must be important to find a new direction after being together for so many years?

Bill: Oh yeah, definitely. Especially after the last album we needed a break and a change to get new inspiration because we didn’t know what we wanted to do music-wise. We’ve said it all, we’ve done it all, we were kind of like tired and didn’t know what to do. We didn’t just want to make another album that sounds the same. So we just thought we need to live our lives a little bit to get inspired.

KALTBLUT : A quel genre d’autres artistes pensez-vous ?
Tom : Oh, je ne sais pas, c’est en gĂ©nĂ©ral. Nous aimons la bonne musique, donc au bout du compte, je ne pense Ă  aucun genre particulier ou quelque chose comme ça. Pour moi, tant que je peux apprĂ©cier la production, le genre de musique n’a pas d’importance – je peux apprĂ©cier une bonne chanson pop, une bonne chanson rock, j’aime toutes les musiques tant que celle-ci est bien faite. Je suis 100 % ouvert aux nouvelles idĂ©es.

KALTBLUT : Est-ce important de trouver une nouvelle direction aprĂšs avoir Ă©tĂ© ensemble pendant tant d’annĂ©es ?
Bill : Oh oui, bien sĂ»r. Surtout aprĂšs le dernier album, nous avions besoin d’une pause et d’un changement pour trouver de nouvelles inspirations car nous ne savions pas ce que nous voulions faire question musique. Nous avons tout dit, nous avons tout fait, nous Ă©tions en quelque sorte fatiguĂ© et nous ne savions pas quoi faire. Nous ne voulions pas juste crĂ©er un autre album qui sonne de la mĂȘme façon. Donc, nous avons pensĂ© que nous devions un peu vivre nos vies pour retrouver l’inspiration.

KALTBLUT: Is that why you you decided to move over to L.A.?

Tom: Uh huh, yeah. At the time for me it was super hard to live here in Germany because of privacy reasons. We always had fans and people following us, we weren’t able to go out without having security. So each time we came off from a tour or wanted to get a break we were heavily guarded, it was like a prison. We couldn’t go out and get inspired! We really needed that change. We realised we have to have a life too. I guess when you’re young you don’t really realise. I remember we were coming home after three years of constant touring and I didn’t really know what to do because I had no life. When you’re constantly on the road you don’t realise it, but when you come home it hits you and then you can fall into a black hole. So the reason we went to L.A. was for personal reasons, and then we started to feel like we wanted to work on the record and take our time, be creative, not feel pressure from the label. We just wanted to write and work as producers.

KALTBLUT: Do you think that moving to L.A. and your experiences there shaped the new album?

Bill: For sure, we started a whole new life.

Tom: It totally worked out for us.

Bill: It was the best decision we could have made. I mean, we’re still psychos! But I think on a personal level, I don’t know what would have happened if we had stayed in Europe. It was one of the best decisions we ever made.

KALTBLUT : Est-ce pour cette raison que vous avez décidé de déménager à LA ?
Tom : Uh huh, oui. Pour moi Ă  l’Ă©poque, ça a Ă©tĂ© trĂšs difficile de vivre ici, en Allemagne, pour des raisons d’intimitĂ©. Nous avons toujours eu fans et des gens qui nous suivent, nous ne pouvions plus sortir sans la sĂ©curitĂ©. Donc, chaque fois que nous sortions d’une tournĂ©e ou que nous voulions une pause, nous Ă©tions trĂšs surveillĂ©, c’Ă©tait comme dans une prison. Nous ne pouvions pas sortir et trouver de l’inspiration ! Nous avions vraiment besoin de ce changement. Nous avons rĂ©alisĂ© que nous devions aussi avoir une vie. Je pense que quand on est jeune, on ne rĂ©alise pas vraiment. Je me rappelle du moment oĂč nous sommes rentrĂ©s chez nous aprĂšs trois annĂ©es de tournĂ©es non-stop et que je ne savais pas vraiment quoi faire car je n’avais pas de vie. Quand vous ĂȘtes constamment sur la route, vous ne rĂ©alisez pas cela, mais quand vous rentrez chez vous, ça vous frappe de plein fouet et aprĂšs, vous pouvez tomber dans un trou noir. Donc, la raison pour laquelle nous sommes allĂ©s Ă  LA Ă©tait pour des raisons personnelles, et c’est par aprĂšs que nous avons eu envie de travailler sur l’album et de prendre notre temps, d’ĂȘtre crĂ©atif, sans sentir la pression du label. Nous voulions juste Ă©crire et travailler en tant que producteurs.

KALTBLUT : Pensez-vous que le déménagement à LA et vos expériences là-bas ont façonné le nouvel album ?
Bill : Bien sûr, nous avons commencé une toute nouvelle vie.
Tom : Ca a fini par fonctionner pour nous.
Bill : Ca a Ă©tĂ© la meilleure dĂ©cision que nous ayons pu prendre. Je veux dire, nous sommes toujours dans la psychose ! Mais je pense que sur le plan personnel, je ne sais pas ce qui se serait produit si nous Ă©tions restĂ©s en Europe. Ca a Ă©tĂ© l’une des meilleures dĂ©cisions que nous ayons prise.

tokiohotelbylaurenraaijmakers

Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by Lauren Raaijmakers 4 KALTBLUT www.laurenraaijmakers.nl

KALTBLUT: We were really surprised when we watched the video for “Love Who Loves You Back” – it almost feels like a typical Friday night out in Berlin! Were your new videos purposely intended to be provocative?

Bill: People asked us, because we released all three videos before the album came out and we got confronted with “Ah everything is so sexual!” and we didn’t even realise! Every time we make decisions it’s super spontaneous and out of pure instinct, so when we wrote those songs I already have a concept for the video in my mind. I always have a pretty keen idea of what I want to do and for “Love Who Loves You Back” I wanted to make that video for a long time, even when we were making the last album, but it just wasn’t the right director and it wasn’t the right song. I always had that idea, so when I wrote that song I just knew that the video was meant for that. The idea inspired by a movie called “Perfume” directed by Tom Tykwer. I wanted to take the idea into the video, but instead of perfume, we used music – because I feel that’s the message of the song. It’s like love has no gender or religion, no borders – and I just wanted to bring that across, also in a fun way. I feel like so many people are watching our videos so I wanted to do something like that.

KALTBLUT : Nous avons vraiment Ă©tĂ© surpris quand nous avons regardĂ© le clip de « Love Who Loves You Back » – On dirait presque un vendredi soir Ă  Berlin ! Est-ce fait exprĂšs que vos nouveaux clips soient provocateurs ?
Bill : Les gens n’arrĂȘtent pas de nous le demander. Nous avons sorti trois clips avant la sortie de l’album et nous avons dĂ» faire face Ă  des commentaires du genre : « Ah, tout est si sexuel ! », alors que nous ne l’avions mĂȘme pas rĂ©alisĂ© ! A chaque fois que nous prenons des dĂ©cisions, c’est trĂšs spontanĂ© et instinctif, donc quand nous avons Ă©crit ces chansons, j’avais dĂ©jĂ  un concept dans ma tĂȘte pour le clip. J’ai toujours une idĂ©e assez dĂ©veloppĂ©e de ce que je veux faire et pour « Love Who Loves You Back », je voulais faire ce clip depuis longtemps, il Ă©tait dĂ©jĂ  prĂ©sent quand nous travaillions sur le dernier album, mais aucun rĂ©alisateur ne convenait et nous n’avions pas la bonne chanson. J’ai toujours eu cette idĂ©e, alors quand j’ai Ă©crit cette chanson, je savais que le clip Ă©tait fait pour elle. L’idĂ©e est inspirĂ©e du film « Le Parfum », qui a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par Tom Tykwer. Je voulais reprendre l’idĂ©e dans le clip, mais Ă  la place du parfum, nous avons utilisĂ© la musique – car j’ai le sentiment que c’est le message de la chanson. L’amour n’a pas de sexe ou de religion, il n’a aucune frontiĂšre – et je voulais simplement exprimer cela, d’une façon qui est aussi amusante. Tant de personnes regardent nos clips, donc j’ai voulu faire quelque chose comme ça.

KALTBLUT: So you guys are going on tour?

Bill: We have until the 5th and then we go to London. We are really excited, it’s going to be a great show. It’s a little nerve wracking because when you’ve worked on something for so long, you just want it to sound as good as it can be. Plus we’re a nervous band! We get like super nervous before each show, even after years!

Tom: Yeah I think it’s getting worse!

Bill: I don’t think we’re ever going to lose that. I think that’s maybe part of it, but especially if you have a new album and everything, you’re super nervous.

Tom: I wish it would be a little less.

Bill: Yeah but I’m good at working under pressure, most of the time I’m better.

KALTBLUT : Vous partez en tournée donc ?
Bill : Nous avons jusqu’au 5 [mars] et puis, nous nous rendons Ă  Londres. Nous sommes vraiment excitĂ©s, ça va ĂȘtre un trĂšs bon spectacle. C’est peu angoissant car quand vous avez travaillĂ© sur quelque chose depuis trĂšs longtemps, vous voulez juste que ça soit aussi bon que possible. En plus, nous sommes un groupe nerveux ! Nous devenons trĂšs nerveux avant chaque concert, mĂȘme aprĂšs toutes ces annĂ©es !
Tom : Oui, je pense que c’est de pire en pire.
Bill : Je ne pense pas que nous allons un jour voir disparaitre cela. Je pense que la tournĂ©e joue peut-ĂȘtre une partie dans notre nervositĂ©. C’est surtout quand vous avez un nouvel album que vous ĂȘtes vraiment nerveux.
Tom : J’aimerais bien qu’elle soit un peu moins prĂ©sente.
Bill : Oui, mais je suis bon quand il faut travailler sous la pression, la plupart du temps, je suis meilleur.

KALTBLUT: So we mentioned on our Twitter page that we would interview you guys, and have some questions from your fans!

Question #1 from Sandrine Tan: Which language is the most beautiful for you guys?

Tokio Hotel: Italian!

Bill: I love Italian people, I think they’re all beautiful inside and outside. They’re so pretty! It’s a super nice country, I love the whole culture, I love the food, the architecture. The language especially!

KALTBLUT : Bien, nous avons mentionné sur notre compte Twitter que nous allions vous interviewer, et nous avons des questions venant de vos fans !
Question n° 1 de Sandrine Tan : Quelle langue est la plus belle pour vous ?
Tokio Hotel : L’italien !
Bill : J’aime les personnes de nationalitĂ© italiennes, je pense qu’elles sont toutes belles tant Ă  l’intĂ©rieur qu’Ă  l’extĂ©rieur. Elles sont si mignonnes ! C’est un super beau pays, j’aime toute la culture, j’aime la nourriture, l’architecture. La langue surtout !

tokiohotelbylaurenraaijmakers2

Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by Lauren Raaijmakers 4 KALTBLUT www.laurenraaijmakers.nl

Question #2 from Devyn: What music are you listening to lately?

Bill: Right now I love the song by Lenny called “Because I Love You”. It’s a cool song.

Tom: There’s another great song called “Shadow of the Sun” by Taped Rai. Like somebody will come across a cool song and then everybody goes and buys it!

Bill: We have to admit that we don’t really listen to that much music when we are so into our own stuff. When you are making music the whole time, like right now we are running a set or two sets every day which means we play almost 42 songs. By the end of a session like that you are so tired of listening to music because you are concentrating on your own for so long. I also think the new Ellie Goulding song is very good.

Question n° 2 de Devyn : Quelle musique avez-vous récemment écouté ?
Bill : En ce moment, j’aime la chanson de Lenny appelĂ©e « Because I Love You ». C’est une chouette chanson.
Tom : Il y a une autre trĂšs bonne chanson appelĂ©e « Shadow of the Sun » par Taped Rai. Quelqu’un va trouver par hasard une chanson sympa et puis, tout le monde l’achĂšte !
Bill : Nous devons admettre que nous n’Ă©coutons plus beaucoup de musique quand nous sommes Ă  fond dans notre propre musique. Quand vous faites tout le temps de la musique, comme en ce moment, nous parcourons une Ă  deux setlists chaque jour, ce qui signifie que nous jouons presque 42 chansons. A la fin d’une session comme celle-lĂ , vous ĂȘtes tellement fatiguĂ©s d’Ă©couter de la musique car vous vous concentrez sur la votre depuis si longtemps. Je pense aussi que la nouvelle chanson d’Ellie Goulding est trĂšs bonne.

Cover FIA

FEEL IT ALL – EP  OUT MARCH 27th. 2015

Question #3 from Elizabeth Joseph: How long did Georg and Gustav know each other before meeting the twins?

Georg: It was not too long, it was like a year or something. We just clicked.

Tom: And it clicked especially when they saw us together in the club, like they wanted to join our band so bad! [Laughs]

Question #4 from Whitney: Which of your new songs are you most excited to perform live?

Bill: I think now that we are into rehearsals, the opening of the show is going to be great. I don’t want to give away which song that is! [Laughs] I really think “Stormy Weather” will be great live.

Gustav: I think “Masquerade” will be really good to play live.

Bill: “The Heart Get No Sleep” is going to be cool too.

Question n° 3 de d’Elizabeth Joseph : Avant de rencontrer les jumeaux, depuis combien de temps Georg et Gustav se connaissaient ?
Georg : Pas depuis trÚs longtemps. Depuis un an environ. Ca a tout de suite accroché entre nous deux.
Tom : Et ça a surtout accrochĂ© quand ils nous ont vus ensemble dans le club, puisqu’ils voulaient vraiment se joindre Ă  notre groupe ! [rit]
Question n° 4 de Whitney : Parmi vos nouvelles chansons, laquelle avez-vous le plus hùte de jouer en live ?
Bill : Maintenant que nous sommes dans les rĂ©pĂ©titions, je pense que l’ouverture du spectacle va ĂȘtre gĂ©niale. Je ne dirais pas de quelle chanson il s’agit ! [rit] Je pense vraiment que « Stormy Weather » sera gĂ©niale en live.

Gustav : Je pense que « Masquerade » sera un réel plaisir à jouer.
Bill : « The Heart Get No Sleep » va ĂȘtre chouette aussi.

Question #5 from @TokioHotelFans: What can the fans expect from the new live show and tour?

Bill: Now that we are in the process we are excited to finally share the record with people. It’s like performing it in front of people, you can see them and see how much they enjoy it.

Tom: They can expect a lot! We tried to fit a great production into small venues and we are going to bring a lot of new stuff to the tour. It’s going to be a really special show. We wanted to create something that’s not been done before.

Bill: So we tried a lot of things, we tried using a lot of different instruments that we are not used to playing; keys and piano. There is so much programming and processing and new technique that goes into the show that we have never done before. I don’t think anyone has done before! We have great lighting and video production, just a completely new concept that we’re really excited to share with our fans.

Tom: It’s a real project, it’s a project for us as well you know. Especially putting the music together and transporting that onto stage and using the different sounds in a fresh way. There are a lot of technical aspects in there and we have to rely on it as well, so we will have to see how it goes!

Question #6 from Shabnam Zareen: I am an ‘Alien’ from Bangladesh, would you ever come to my country?

Tom: I want to go there for sure!

Bill: I would love to! This year we are going to travel the whole world, we want to play everywhere so maybe we will go to Bangladesh!

Question n° 5 de @TokioHotelFans : Que peuvent attendre les fans du nouveau spectacle live et de la tournée ?
Bill : Maintenant que nous sommes dans le processus, nous sommes excitĂ©s de partager enfin l’album avec les gens. En le jouant devant des gens, vous pouvez les voir et voir le plaisir qu’ils prennent en l’Ă©coutant.
Tom : Ils peuvent s’attendre Ă  beaucoup ! Nous avons essayĂ© d’adapter une grande production dans de petites salles et nous apporterons beaucoup de nouvelles choses Ă  la tournĂ©e. Ça va ĂȘtre un spectacle vraiment spĂ©cial. Nous avons voulu crĂ©er quelque chose qui n’a jamais Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© avant.
Bill : Donc, nous avons essayĂ© beaucoup de choses, nous avons essayĂ© d’utiliser une grande variĂ©tĂ© d’instruments que nous n’avons pas l’habitude de jouer ; le clavier et le piano. Il y a tellement de programmation, de traitement et de nouvelle technique que nous n’avons jamais utilisĂ© dans le passĂ© qui entre en jeu dans le spectacle. Je ne crois pas que quelqu’un ait fait cela avant ! Nous avons un super Ă©clairage et une production vidĂ©o, un tout nouveau concept que nous sommes vraiment heureux de partager avec nos fans.
Tom : C’est un vrai projet, c’est un projet pour nous aussi, vous savez. En particulier rĂ©unir la musique pour la transporter sur la scĂšne et utiliser diffĂ©rents sons d’une nouvelle façon. Il y a beaucoup d’aspects techniques et nous devons compter sur celles-ci aussi, donc nous verrons comment ça ira !

Question n° 6 de Shabnam Zareen : Je suis un « Alien » du Bangladesh, viendrez-vous un jour dans mon pays ?
Tom : Je veux vraiment y aller !
Bill : J’aimerais y aller ! Cette annĂ©e, nous allons voyager dans le monde entier, nous voulons jouer partout, donc nous irons peut-ĂȘtre au Bangladesh !

tokiohotelbylaurenraaijmakers3

 Source: Kaltblut-magazine.com

Traduction française par Prinz16