New interview for Kaltblut Magazine: “Tokio Hotel: Cult Kids, All-Grown-Up”

“Love has no gender or religion, no borders” – Tokio Hotel told KALTBLUT as we chatted about their new album “Kings of Suburbia” [Island Records] and their upcoming world tour–“Feel It All: The Club Experience”–due to kick off in London next week. Inspired by the wanton debauchery of their newfound home in downtown L.A, Germany’s favourite lost boys Bill & Tom are finally all grown up–as are their teenage cult following–but do they still feel like aliens?

« L’amour n’a pas de sexe ou de religion, il n’a aucune frontière » – c’est ce qu’a dit Tokio Hotel à KALTBLUT pendant que nous discutions de leur nouvel album « Kings of Suburbia » [Island Records] et de leur nouvelle tournée mondiale – « Feel It All : The Club Experience » – qui sera lancée à Londres la semaine prochaine. Inspiré par la luxure gratuite de leur nouveau chez eux dans le centre de LA, les garçons égarés préférés d’Allemagne, Bill et Tom, ont finalement bien grandi – tout comme leur culte adolescent – mais se sentent-ils encore comme des extraterrestres ?

tokiohotel_kaltblutinterview
Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by www.the-impossible-project.com

If the latest visual offering for “Love Who Loves You Back” is anything to go by, they’re now 25-years-young, frequently dark corners in Berghain-esque nightclubs where the rules to which they could never succumb do not matter, in fact do not exist at all. As they encourage fans worldwide to revel in this delicious boundary-free sphere, will they finally plug the void which MySpace friends once used to fill?


Si la dernière offre visuelle pour « Love Who Loves You Back » a quelque chose à voir avec cela, ils sont maintenant des jeunes de 25 ans qui fréquentent souvent les coins sombres dans des discothèques similaires au Berghain, où les règles de ne jamais succomber n’ont pas d’importance et qui en réalité, n’existent pas. Comme ils encouragent les fans du monde entier à se délecter de cette délicieuse sphère anti-frontière, boucheront-ils enfin le vide que les amis de MySpace ont eu l’habitude de combler ?

KALTBLUT: How did you record the new album?

Bill: So Georg and Gustav were still living in our home town, they still live in Germany now. Me and Tom moved to L.A. so we weren’t working together all the time, but we got to meet in the studio together for band recordings and live recordings. They came to L.A. once in a while, other times we would go to meet them in Germany.

Tom: We’ve been in Germany too. We recorded in a lot of different studios. This record took us four years of work I think, and constantly being in the studio producing, songwriting. So at the end of the day it was a collection of four years of songwriting – we ended up recording in a lot of different places.

KALTBLUT: Four years is a really long time!

Bill: Yeah I know, but we were constantly working on it. We wrote a lot of songs. There were so many songs that didn’t end up on the record, and we’d rather put less songs on there so we could form the perfect album. We decided to put eleven tracks on in order to do that. We also wrote a lot of songs that we wrote for ourselves that we will save to offer to other artists as well. That’s something we wanted to do anyway, produce for other people too.

KALTBLUT : Comment avez-vous enregistré le nouvel album ?
Bill : Bien, Georg et Gustav vivaient encore dans notre ville natale, ils vivent toujours à l’heure actuelle en Allemagne. Tom et moi avons déménagé à LA, ce qui fait que nous n’avons pas travailler tout le temps ensemble, mais nous nous sommes tous réunis au studio pour les enregistrements du groupe et pour les enregistrements live. Ils sont de temps en temps venus à LA, et les autres fois, c’est nous qui allions à leur rencontre en Allemagne.
Tom : Nous avons aussi été en Allemagne. Nous avons enregistré dans beaucoup de studios différents. Cet album nous a pris quatre ans de travail je pense, et nous sommes constamment au studio pour la production et pour l’écriture de chansons. Donc, au bout du compte, il regroupe une collection de quatre années d’écriture de chansons – nous avons terminé l’enregistrement dans beaucoup d’endroits différents.

KALTBLUT : Quatre ans, c’est vraiment une longue période !
Bill : Oui je sais, mais nous avons travaillé constamment sur celui-ci. Nous avons écrit beaucoup de chansons. Il y a tellement de chansons qui n’ont pas été finie pour l’album, et nous avons préféré mettre moins de chansons dessus pour pouvoir constituer l’album parfait. Nous avons décidé d’y mettre onze chansons pour y parvenir. Nous avons aussi écrit un tas de chansons pour nous que nous allons garder et que nous allons aussi proposer à d’autres artistes. C’est quelque chose que nous voulons faire de toute façon, produire pour d’autres personnes.

imagecache_h_800_image_1926364092_c

KALTBLUT: What kind of other artists are you thinking of?

Tom: Oh I don’t know, it’s like in general we enjoy good music, so at the end of the day I’m not thinking in any specific genre or anything like that. For me it’s like I can enjoy that it’s good production, no matter what type of music it is – I can enjoy a good pop song, a good rock song, I like every kind of music as long as it’s well made. I’m 100% open to new ideas.

KALTBLUT: It must be important to find a new direction after being together for so many years?

Bill: Oh yeah, definitely. Especially after the last album we needed a break and a change to get new inspiration because we didn’t know what we wanted to do music-wise. We’ve said it all, we’ve done it all, we were kind of like tired and didn’t know what to do. We didn’t just want to make another album that sounds the same. So we just thought we need to live our lives a little bit to get inspired.

KALTBLUT : A quel genre d’autres artistes pensez-vous ?
Tom : Oh, je ne sais pas, c’est en général. Nous aimons la bonne musique, donc au bout du compte, je ne pense à aucun genre particulier ou quelque chose comme ça. Pour moi, tant que je peux apprécier la production, le genre de musique n’a pas d’importance – je peux apprécier une bonne chanson pop, une bonne chanson rock, j’aime toutes les musiques tant que celle-ci est bien faite. Je suis 100 % ouvert aux nouvelles idées.

KALTBLUT : Est-ce important de trouver une nouvelle direction après avoir été ensemble pendant tant d’années ?
Bill : Oh oui, bien sûr. Surtout après le dernier album, nous avions besoin d’une pause et d’un changement pour trouver de nouvelles inspirations car nous ne savions pas ce que nous voulions faire question musique. Nous avons tout dit, nous avons tout fait, nous étions en quelque sorte fatigué et nous ne savions pas quoi faire. Nous ne voulions pas juste créer un autre album qui sonne de la même façon. Donc, nous avons pensé que nous devions un peu vivre nos vies pour retrouver l’inspiration.

KALTBLUT: Is that why you you decided to move over to L.A.?

Tom: Uh huh, yeah. At the time for me it was super hard to live here in Germany because of privacy reasons. We always had fans and people following us, we weren’t able to go out without having security. So each time we came off from a tour or wanted to get a break we were heavily guarded, it was like a prison. We couldn’t go out and get inspired! We really needed that change. We realised we have to have a life too. I guess when you’re young you don’t really realise. I remember we were coming home after three years of constant touring and I didn’t really know what to do because I had no life. When you’re constantly on the road you don’t realise it, but when you come home it hits you and then you can fall into a black hole. So the reason we went to L.A. was for personal reasons, and then we started to feel like we wanted to work on the record and take our time, be creative, not feel pressure from the label. We just wanted to write and work as producers.

KALTBLUT: Do you think that moving to L.A. and your experiences there shaped the new album?

Bill: For sure, we started a whole new life.

Tom: It totally worked out for us.

Bill: It was the best decision we could have made. I mean, we’re still psychos! But I think on a personal level, I don’t know what would have happened if we had stayed in Europe. It was one of the best decisions we ever made.

KALTBLUT : Est-ce pour cette raison que vous avez décidé de déménager à LA ?
Tom : Uh huh, oui. Pour moi à l’époque, ça a été très difficile de vivre ici, en Allemagne, pour des raisons d’intimité. Nous avons toujours eu fans et des gens qui nous suivent, nous ne pouvions plus sortir sans la sécurité. Donc, chaque fois que nous sortions d’une tournée ou que nous voulions une pause, nous étions très surveillé, c’était comme dans une prison. Nous ne pouvions pas sortir et trouver de l’inspiration ! Nous avions vraiment besoin de ce changement. Nous avons réalisé que nous devions aussi avoir une vie. Je pense que quand on est jeune, on ne réalise pas vraiment. Je me rappelle du moment où nous sommes rentrés chez nous après trois années de tournées non-stop et que je ne savais pas vraiment quoi faire car je n’avais pas de vie. Quand vous êtes constamment sur la route, vous ne réalisez pas cela, mais quand vous rentrez chez vous, ça vous frappe de plein fouet et après, vous pouvez tomber dans un trou noir. Donc, la raison pour laquelle nous sommes allés à LA était pour des raisons personnelles, et c’est par après que nous avons eu envie de travailler sur l’album et de prendre notre temps, d’être créatif, sans sentir la pression du label. Nous voulions juste écrire et travailler en tant que producteurs.

KALTBLUT : Pensez-vous que le déménagement à LA et vos expériences là-bas ont façonné le nouvel album ?
Bill : Bien sûr, nous avons commencé une toute nouvelle vie.
Tom : Ca a fini par fonctionner pour nous.
Bill : Ca a été la meilleure décision que nous ayons pu prendre. Je veux dire, nous sommes toujours dans la psychose ! Mais je pense que sur le plan personnel, je ne sais pas ce qui se serait produit si nous étions restés en Europe. Ca a été l’une des meilleures décisions que nous ayons prise.

tokiohotelbylaurenraaijmakers

Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by Lauren Raaijmakers 4 KALTBLUT www.laurenraaijmakers.nl

KALTBLUT: We were really surprised when we watched the video for “Love Who Loves You Back” – it almost feels like a typical Friday night out in Berlin! Were your new videos purposely intended to be provocative?

Bill: People asked us, because we released all three videos before the album came out and we got confronted with “Ah everything is so sexual!” and we didn’t even realise! Every time we make decisions it’s super spontaneous and out of pure instinct, so when we wrote those songs I already have a concept for the video in my mind. I always have a pretty keen idea of what I want to do and for “Love Who Loves You Back” I wanted to make that video for a long time, even when we were making the last album, but it just wasn’t the right director and it wasn’t the right song. I always had that idea, so when I wrote that song I just knew that the video was meant for that. The idea inspired by a movie called “Perfume” directed by Tom Tykwer. I wanted to take the idea into the video, but instead of perfume, we used music – because I feel that’s the message of the song. It’s like love has no gender or religion, no borders – and I just wanted to bring that across, also in a fun way. I feel like so many people are watching our videos so I wanted to do something like that.

KALTBLUT : Nous avons vraiment été surpris quand nous avons regardé le clip de « Love Who Loves You Back » – On dirait presque un vendredi soir à Berlin ! Est-ce fait exprès que vos nouveaux clips soient provocateurs ?
Bill : Les gens n’arrêtent pas de nous le demander. Nous avons sorti trois clips avant la sortie de l’album et nous avons dû faire face à des commentaires du genre : « Ah, tout est si sexuel ! », alors que nous ne l’avions même pas réalisé ! A chaque fois que nous prenons des décisions, c’est très spontané et instinctif, donc quand nous avons écrit ces chansons, j’avais déjà un concept dans ma tête pour le clip. J’ai toujours une idée assez développée de ce que je veux faire et pour « Love Who Loves You Back », je voulais faire ce clip depuis longtemps, il était déjà présent quand nous travaillions sur le dernier album, mais aucun réalisateur ne convenait et nous n’avions pas la bonne chanson. J’ai toujours eu cette idée, alors quand j’ai écrit cette chanson, je savais que le clip était fait pour elle. L’idée est inspirée du film « Le Parfum », qui a été réalisé par Tom Tykwer. Je voulais reprendre l’idée dans le clip, mais à la place du parfum, nous avons utilisé la musique – car j’ai le sentiment que c’est le message de la chanson. L’amour n’a pas de sexe ou de religion, il n’a aucune frontière – et je voulais simplement exprimer cela, d’une façon qui est aussi amusante. Tant de personnes regardent nos clips, donc j’ai voulu faire quelque chose comme ça.

KALTBLUT: So you guys are going on tour?

Bill: We have until the 5th and then we go to London. We are really excited, it’s going to be a great show. It’s a little nerve wracking because when you’ve worked on something for so long, you just want it to sound as good as it can be. Plus we’re a nervous band! We get like super nervous before each show, even after years!

Tom: Yeah I think it’s getting worse!

Bill: I don’t think we’re ever going to lose that. I think that’s maybe part of it, but especially if you have a new album and everything, you’re super nervous.

Tom: I wish it would be a little less.

Bill: Yeah but I’m good at working under pressure, most of the time I’m better.

KALTBLUT : Vous partez en tournée donc ?
Bill : Nous avons jusqu’au 5 [mars] et puis, nous nous rendons à Londres. Nous sommes vraiment excités, ça va être un très bon spectacle. C’est peu angoissant car quand vous avez travaillé sur quelque chose depuis très longtemps, vous voulez juste que ça soit aussi bon que possible. En plus, nous sommes un groupe nerveux ! Nous devenons très nerveux avant chaque concert, même après toutes ces années !
Tom : Oui, je pense que c’est de pire en pire.
Bill : Je ne pense pas que nous allons un jour voir disparaitre cela. Je pense que la tournée joue peut-être une partie dans notre nervosité. C’est surtout quand vous avez un nouvel album que vous êtes vraiment nerveux.
Tom : J’aimerais bien qu’elle soit un peu moins présente.
Bill : Oui, mais je suis bon quand il faut travailler sous la pression, la plupart du temps, je suis meilleur.

KALTBLUT: So we mentioned on our Twitter page that we would interview you guys, and have some questions from your fans!

Question #1 from Sandrine Tan: Which language is the most beautiful for you guys?

Tokio Hotel: Italian!

Bill: I love Italian people, I think they’re all beautiful inside and outside. They’re so pretty! It’s a super nice country, I love the whole culture, I love the food, the architecture. The language especially!

KALTBLUT : Bien, nous avons mentionné sur notre compte Twitter que nous allions vous interviewer, et nous avons des questions venant de vos fans !
Question n° 1 de Sandrine Tan : Quelle langue est la plus belle pour vous ?
Tokio Hotel : L’italien !
Bill : J’aime les personnes de nationalité italiennes, je pense qu’elles sont toutes belles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elles sont si mignonnes ! C’est un super beau pays, j’aime toute la culture, j’aime la nourriture, l’architecture. La langue surtout !

tokiohotelbylaurenraaijmakers2

Tokio Hotel during our interview – Berlin 23.02.15 Photo by Lauren Raaijmakers 4 KALTBLUT www.laurenraaijmakers.nl

Question #2 from Devyn: What music are you listening to lately?

Bill: Right now I love the song by Lenny called “Because I Love You”. It’s a cool song.

Tom: There’s another great song called “Shadow of the Sun” by Taped Rai. Like somebody will come across a cool song and then everybody goes and buys it!

Bill: We have to admit that we don’t really listen to that much music when we are so into our own stuff. When you are making music the whole time, like right now we are running a set or two sets every day which means we play almost 42 songs. By the end of a session like that you are so tired of listening to music because you are concentrating on your own for so long. I also think the new Ellie Goulding song is very good.

Question n° 2 de Devyn : Quelle musique avez-vous récemment écouté ?
Bill : En ce moment, j’aime la chanson de Lenny appelée « Because I Love You ». C’est une chouette chanson.
Tom : Il y a une autre très bonne chanson appelée « Shadow of the Sun » par Taped Rai. Quelqu’un va trouver par hasard une chanson sympa et puis, tout le monde l’achète !
Bill : Nous devons admettre que nous n’écoutons plus beaucoup de musique quand nous sommes à fond dans notre propre musique. Quand vous faites tout le temps de la musique, comme en ce moment, nous parcourons une à deux setlists chaque jour, ce qui signifie que nous jouons presque 42 chansons. A la fin d’une session comme celle-là, vous êtes tellement fatigués d’écouter de la musique car vous vous concentrez sur la votre depuis si longtemps. Je pense aussi que la nouvelle chanson d’Ellie Goulding est très bonne.

Cover FIA

FEEL IT ALL – EP  OUT MARCH 27th. 2015

Question #3 from Elizabeth Joseph: How long did Georg and Gustav know each other before meeting the twins?

Georg: It was not too long, it was like a year or something. We just clicked.

Tom: And it clicked especially when they saw us together in the club, like they wanted to join our band so bad! [Laughs]

Question #4 from Whitney: Which of your new songs are you most excited to perform live?

Bill: I think now that we are into rehearsals, the opening of the show is going to be great. I don’t want to give away which song that is! [Laughs] I really think “Stormy Weather” will be great live.

Gustav: I think “Masquerade” will be really good to play live.

Bill: “The Heart Get No Sleep” is going to be cool too.

Question n° 3 de d’Elizabeth Joseph : Avant de rencontrer les jumeaux, depuis combien de temps Georg et Gustav se connaissaient ?
Georg : Pas depuis très longtemps. Depuis un an environ. Ca a tout de suite accroché entre nous deux.
Tom : Et ça a surtout accroché quand ils nous ont vus ensemble dans le club, puisqu’ils voulaient vraiment se joindre à notre groupe ! [rit]
Question n° 4 de Whitney : Parmi vos nouvelles chansons, laquelle avez-vous le plus hâte de jouer en live ?
Bill : Maintenant que nous sommes dans les répétitions, je pense que l’ouverture du spectacle va être géniale. Je ne dirais pas de quelle chanson il s’agit ! [rit] Je pense vraiment que « Stormy Weather » sera géniale en live.

Gustav : Je pense que « Masquerade » sera un réel plaisir à jouer.
Bill : « The Heart Get No Sleep » va être chouette aussi.

Question #5 from @TokioHotelFans: What can the fans expect from the new live show and tour?

Bill: Now that we are in the process we are excited to finally share the record with people. It’s like performing it in front of people, you can see them and see how much they enjoy it.

Tom: They can expect a lot! We tried to fit a great production into small venues and we are going to bring a lot of new stuff to the tour. It’s going to be a really special show. We wanted to create something that’s not been done before.

Bill: So we tried a lot of things, we tried using a lot of different instruments that we are not used to playing; keys and piano. There is so much programming and processing and new technique that goes into the show that we have never done before. I don’t think anyone has done before! We have great lighting and video production, just a completely new concept that we’re really excited to share with our fans.

Tom: It’s a real project, it’s a project for us as well you know. Especially putting the music together and transporting that onto stage and using the different sounds in a fresh way. There are a lot of technical aspects in there and we have to rely on it as well, so we will have to see how it goes!

Question #6 from Shabnam Zareen: I am an ‘Alien’ from Bangladesh, would you ever come to my country?

Tom: I want to go there for sure!

Bill: I would love to! This year we are going to travel the whole world, we want to play everywhere so maybe we will go to Bangladesh!

Question n° 5 de @TokioHotelFans : Que peuvent attendre les fans du nouveau spectacle live et de la tournée ?
Bill : Maintenant que nous sommes dans le processus, nous sommes excités de partager enfin l’album avec les gens. En le jouant devant des gens, vous pouvez les voir et voir le plaisir qu’ils prennent en l’écoutant.
Tom : Ils peuvent s’attendre à beaucoup ! Nous avons essayé d’adapter une grande production dans de petites salles et nous apporterons beaucoup de nouvelles choses à la tournée. Ça va être un spectacle vraiment spécial. Nous avons voulu créer quelque chose qui n’a jamais été réalisé avant.
Bill : Donc, nous avons essayé beaucoup de choses, nous avons essayé d’utiliser une grande variété d’instruments que nous n’avons pas l’habitude de jouer ; le clavier et le piano. Il y a tellement de programmation, de traitement et de nouvelle technique que nous n’avons jamais utilisé dans le passé qui entre en jeu dans le spectacle. Je ne crois pas que quelqu’un ait fait cela avant ! Nous avons un super éclairage et une production vidéo, un tout nouveau concept que nous sommes vraiment heureux de partager avec nos fans.
Tom : C’est un vrai projet, c’est un projet pour nous aussi, vous savez. En particulier réunir la musique pour la transporter sur la scène et utiliser différents sons d’une nouvelle façon. Il y a beaucoup d’aspects techniques et nous devons compter sur celles-ci aussi, donc nous verrons comment ça ira !

Question n° 6 de Shabnam Zareen : Je suis un « Alien » du Bangladesh, viendrez-vous un jour dans mon pays ?
Tom : Je veux vraiment y aller !
Bill : J’aimerais y aller ! Cette année, nous allons voyager dans le monde entier, nous voulons jouer partout, donc nous irons peut-être au Bangladesh !

tokiohotelbylaurenraaijmakers3

 Source: Kaltblut-magazine.com

Traduction française par Prinz16

Advertisements