Interview for Fat Roll Puppy [LA – 01/13/15]

Heez de Paula : Salut, ici Heez de Paula. J’ai des invités très particuliers avec moi aujourd’hui : Tokio Hotel. Comment allez-vous ?

Tous : Très bien.

Heez de Paula : A quoi ressemble votre fan moyen, et en quoi votre musique affecte-t-elle leur vie ?

Bill : Je ne sais pas… Nous avions beaucoup de fans féminines, mais j’ai l’impression que c’est en train de changer. Mais je lis souvent – et nous apprécions beaucoup ça – que nous inspirons les gens avec notre musique. Beaucoup de gens deviennent créatifs, ou ont pu surmonter quelque chose grâce à notre musique ; celle-ci les aide à venir à bout des mauvaises choses qui leur arrivent. Nous recevons souvent des messages adorables de fans qui nous disent qu’ils avaient le cœur brisé, ne pouvaient plus continuer, et que notre musique les a beaucoup aidés, ou les a inspirés. Il y a beaucoup de gens qui se lancent dans un blog sur la musique parce que nous les avons inspirés. C’est exactement ce que nous voulons faire, pousser les gens à faire ce qu’ils aiment.

Tom : Nos fans ont en général de très bons goûts musicaux.

Heez de Paula : Bien sûr.

Tom : Ils adorent la musique et ont de bons goûts, et c’est pour ça qu’ils aiment Tokio Hotel.

Heez de Paula : C’est très modeste, j’adore ça ! [rires] En tant qu’allemands – vous êtes tous allemands, non ? – qu’est-ce qui change le plus entre écrire en allemand et écrire en anglais ? Est-ce que c’est frustrant d’enregistrer deux fois plus de choses que les autres artistes ?

Tom : Nous faisions ça avant, mais nous ne l’avons pas fait pour cet album. C’est vraiment beaucoup de travail. Et ça devient presque un travail de bureau. Ça nous a un peu énervés la dernière fois, parce que tu dois tout traduire, et il y a toujours une version qui est meilleure que l’autre. Et traduire quelque chose, ce n’est pas très créatif. Nous avons donc décidé d’enregistrer les chansons uniquement dans la langue dans laquelle nous les avons écrites. Pour cet album, nous avons écrit toutes les chansons en anglais et les avons donc laissées en anglais. Si nous écrivons à nouveau un jour une chanson en allemand, nous la laisserons en allemand et ne la traduirons pas. C’est comme ça que nous allons travailler à partir de maintenant, je pense.

Heez de Paula : Pourriez-vous faire par exemple un album avec plusieurs chansons en allemand et en anglais ?

Bill : Nous y avons pensé. Nous voulons vraiment faire les choses naturellement ; donc si nous écrivons en allemand, ça restera en allemand. Pour cet album, ça ne s’est pas passé comme ça, parce que j’ai commencé à penser en anglais et à écrire en anglais. C’est pour ça que nous avons laissé les choses comme elles l’étaient.

Heez de Paula : Super ! Bill, as-tu toujours voulu faire ressortir ton côté féminin ? Je suppose qu’on te le demande souvent. [rires] En fait, est-ce que tu vois vraiment les choses comme ça ? Et comment as-tu développé ton look ?

Bill : Pour moi, la mode est amusante, c’est quelque chose que j’apprécie. J’aime beaucoup en jouer. J’ai l’impression qu’il n’y a plus vraiment de frontières – pas pour moi, en tout cas. Je ne me dis jamais : « C’est quelque chose que seules les filles peuvent porter, ou seuls les garçons. » Tout se mélange aujourd’hui, et j’adore ça. Je pense que les gens devraient simplement profiter de la mode, et mélanger les choses s’ils le veulent. J’adore porter des bottes très hautes sur scène, et ce genre de choses. Je n’ai jamais vu les choses comme ça, je n’ai jamais classifié les choses en disant : « ça c’est pour les filles, je ne peux pas le porter… » Je sais que les gens adorent classer les choses, mais je déteste ça, je ne l’ai jamais fait. Et je pense que ça fait partie de mon look ; j’aime jouer avec les vêtements, mélanger des choses, et m’amuser.

Heez de Paula : L’esprit d’un vrai créateur ! Vous êtes au centre de l’attention ; quels sont les avantages et les inconvénients, quand tant de personnes veulent faire partie de « Tokio Hotel » – pas être dans le groupe, bien sûr, mais elles veulent vous toucher, vous parler, être impliquées dans vos vies d’une manière ou d’une autre…. Quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Tom : L’avantage est, bien sûr, que tout le monde veut nous toucher. [rires] Non, l’avantage est que nous puissions partir en tournée. Nous serons en tournée toute l’année, et les gens veulent nous voir ; ça va être génial. C’est ce que nous préférons : être sur les routes, organiser de super spectacles… Nous avons toujours une grande production, parce que nous voulons faire un vrai spectacle, et pas simplement monter sur scène et faire un concert normal. C’est ce qui nous plaît le plus.

Bill : Et ça nous motive. Nos fans ont attendu tellement longtemps, et ce n’est pas habituel – normalement, si tu ne sors pas d’album pendant un moment, les gens s’en vont.

Heez de Paula : Ils sont fâchés.

Bill : Oui. Dans l’industrie de la musique, tout va très vite. Il y a énormément d’artistes, de chansons, tout va vraiment vite, et tu dois quasiment sortir un album par an. Nous n’avons pas fait ça, et c’était un risque. Mais ce qui est génial avec nos fans, c’est qu’ils nous soutiennent à fond et ils restent toujours avec nous ; c’est super ! Un inconvénient, c’est que tu n’as pas vraiment de vie privée. C’est parfois difficile. Nous avons donc dû trouver des limites à ne pas franchir, et nous essayons de nous créer une vie privée.

Heez de Paula : Avez-vous des personnes qui vous entourent et vous aident à garder les pieds sur terre, malgré ce manque de vie privée ?

Bill : Oui, nous sommes tous très attachés à notre famille, et très proches de nos parents. Nous sommes retournés récemment à la maison pour Noël, pour passer du temps avec notre famille. Je pense que ça aide beaucoup. Et nous sommes amis et formons un groupe depuis 15 ans. Nous avons grandi ensemble et nous sommes comme des frères. Et Tom est réellement mon frère ; avoir un membre de la famille dans le groupe, c’est génial. Nous pouvons accomplir tout cela ensemble, c’est super.

Heez de Paula : En parlant de l’album, il y a eu un grand changement au niveau du son – vous avez dit tout à l’heure que c’était beaucoup plus électronique. Était-ce parce que vous avez beaucoup écouté la musique qui se fait en ce moment et qu’elle est très électronique, ou était-ce pour vous adapter à ce qui a du succès commercialement ?

Tom : C’était beaucoup plus à cause de l’inspiration que nous avons eue. Pendant ces quatre années de pause, nous avons beaucoup fait la fête, nous sommes sortis, nous sommes allés à des festivals – Coachella,… Nous avons trouvé de l’inspiration partout, c’était dingue. Et c’est arrivé assez naturellement. Je suis allé en studio et j’ai posé des accords au clavier, j’ai créé de chouettes sons au synthétiseur… Je me suis investi de plus en plus dans la production musicale. Et j’ai beaucoup aimé faire ça : trouver des sons, créer de chouettes rythmes de batterie, trouver le bon son pour tous les instruments, depuis la basse jusqu’au synthétiseur. Et c’est arrivé naturellement. Tu ne sais jamais comment le prochain morceau sonnera. Nous voulons créer des albums que nous aimons, et que nous écouterions nous-mêmes dans la voiture, quand nous sommes sur les routes. Et c’est ce qui s’est passé ; en ce moment, je n’écoute plus que Tokio Hotel. [rires]

Heez de Paula : Quel est l’aspect le plus excitant de votre vie ?

Bill : Pouvoir voyager partout dans le monde, et jouer partout, partager notre musique. C’est le plus excitant. Il y a tellement de gens talentueux qui n’ont jamais la possibilité de faire ça. Depuis que nous avons quitté l’école – ce que nous avons fait assez tôt – nous pouvons voyager avec le groupe, nous amuser, et en vivre, avoir ce succès incroyable. Quand nous avons débuté avec le groupe, aucun d’entre nous ne pensait que nous serions un jour à L.A., en train de faire cette interview. C’est incroyable ! Ça a été une aventure incroyable et amusante !

Heez de Paula : Magnifique ! La prochaine question est un peu plus tordue… C’est une citation de Jay-Z, basée sur les problèmes et les meufs [NdT : « I got 99 problems but a bitch ain’t one » : « J’ai 99 problèmes, mais une meuf n’en fait pas partie »]. Je vais donc vous dire : « J’ai 99 problèmes, mais … n’en fait pas partie. » Qu’est-ce que vous mettriez dans le blanc ?

Georg : Une voiture.

Gustav : Un con.

Heez de Paula : «99 problèmes, mais un con n’en fait pas partie.»

Tom : « Suceur de chattes. »

Heez de Paula : « 99 problèmes, mais un suceur de chattes n’en fait pas partie. » Ok, les gars, c’était Heez de Paula avec Tokio Hotel. C’était un plaisir. Bonne nuit !

Bill : Merci beaucoup !

Traduction par *Elena*

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s