Advocate.com – Tokio Hotel’s Bill Kaulitz: ‘Love Is Not About Gender’

As Tokio Hotel heads out on its first world tour in five years, the rock band’s front man reveals how he got his groove back and why he believes love has no borders.

BY Jase Peeples

Long before the Viper Room became known as an iconic hangout of Hollywood’s young elite as well as the site where actor River Phoenix died in 1993, 8852 Sunset Blvd. was a favorite hot spot — then a jazz club called the Melody Room — where mobsters like Bugsy Siegel and Mickey Cohen could frequently be found. It’s a location deep-seated in the storied history of Los Angeles, and tonight, lead singer Bill Kaulitz and the other members of Tokio Hotel have set out to make a historic moment of their own as they prepare to perform for the first time on the same stage where acts ranging from the Pussycat Dolls to rock royalty like Tom Petty and the Heartbreakers have gone before. It’s a vastly different setting than where they were just one week earlier, performing in Berlin before a crowd of nearly one million people, but as Kaulitz rounds out the group’s sound check with a rapid-fire run of their track “Girl Got a Gun,” it’s apparent he’s no less eager to perform for the 250 fans who are waiting on the other side of the nightclub’s door to see one of Europe’s biggest bands.

“We never really get to do these kinds of shows, so it’s definitely different,” he tells me moments later as we’re led down the club’s velvet-lined staircase to a dimly lit room beneath the stage. “But it’s going to be fun because we’re going to be so close to the people here tonight, and I always like that because [in a smaller venue like this] you get the energy you put out right back.”

Though he says the band has been looking forward to performing in the famed West Hollywood nightclub for several days, he readily admits he and his identical twin brother, Tokio Hotel guitarist Tom Kaulitz, were in a completely different headspace a few years ago. After their debut album dropped in 2005, the band members quickly found themselves on a meteoric rise to fame, but four albums, hundreds of live performances around the world, and more than four years on the road had taken a toll on the 25-year-old artists. “After our last album came out in 2009, Tom and me left Europe and we moved to America, because it was just craziness,” he says. “We just had to step away from the career a little bit, because we felt like we had said everything. We’d done so many albums over so many years and we’d been on the road for such a long time. We didn’t know what to do or what kind of music we wanted to make.”

Leaving their home in Germany, the twins moved to Los Angeles, where, Kaulitz says they “took a year off and didn’t do anything” before finding new inspiration in L.A. nightlife. That muse resulted in a new electronic-laden sound for the alternative rock band, which they carefully crafted over the next five years as they began putting together their fifth studio album, Kings of Suburbia. The album was released worldwide last October and shot to the top of the charts in 30 countries, plus landing in the top 5 in 17 others to become Tokio Hotel’s most successful album to date.

Kaulitz considers the album’s success due to both the time the musicians spent honing their new sound as well as their willingness to take another risk. “We just wanted to make an album that we personally love,” he says. “A lot of people don’t do that, they make music for their fans. But this time I wanted to make an album that I’m totally happy with and that reflects my own style.”

In addition to his distinctive sound, Kaulitz’s sense of style has been one of the standout aspects of Tokio Hotel’s onstage persona. This evening he’s dressed in a pair of light gray jeans and a black graphic T-shirt with a black and white flannel long-sleeved shirt tied around his waist, a choice of attire that’s a departure from the usual flamboyant fashions that have become synonymous with the singer. However, Kaulitz tells me his creative couture wasn’t always appreciated. “When I was 13 I would come to school with makeup and nail polish and I had teachers who would say, ‘We can’t teach you and you’re not allowed in class,’” he says as he runs his fingers through his bleached platinum-blond hair. “I got so much shit in school because I had an extreme look. There was always a lot of talking, but I always kind of enjoyed that. I like to play with it, because I find it funny that it upsets some people.”

Kaulitz says his form of self-expression caused several raised eyebrows earlier in his career, with many people making assumptions about his sexuality. “When we first came out with our music, the gay question was always there and it was super important for everyone,” he says. “But for me it was amusing. I was always laughing about it because I was like, ‘Why is that so fucking important to everyone? Why can people not just live and do their thing?’”

He continues, “For me, love is such a beautiful thing and I love that you actually have no control over it. I never know what’s going to happen. I never know who I’m going to meet when I walk outside. For me it’s about finding the person you want to be with and I feel like it doesn’t matter what gender that is. I don’t understand why it matters so much to people. It’s weird.”

It’s this experience Kaulitz says that inspired the band to write the track “Love Who Loves You Back” that appears on their latest album, and informed the sexually fluid imagery that appears in the song’s music video as well. “I wanted to show that love has no gender or boundaries. [The video] would’ve been stupid if I just had a pretty girl next to me or making out with a pretty girl the whole time. That wouldn’t reflect the song,” he says. “That’s why in the video I wanted to have someone who is a little bigger, someone who is hairy, someone that’s older, someone that’s young. If there’s a girl next to me, then of course there needs to be a guy next to me. Because that’s for me what the song is about. In my opinion, love is not about gender, it’s not about religion. Love has no borders and no boundaries. I feel like love — you can’t control it and that’s a nice thing. It just happens and you don’t choose who you fall in love with. That’s why I love the song so much and that’s why we shot the video the way we did.”

The message is one Kaulitz says the band is excited to be promoting as they head out on their first world tour in five years, and he’s looking forward to giving fans a show like they’ve never seen from Tokio Hotel before. “This time we’re going to play clubs for a few shows and it’s going to be a new experience for us because we usually play big shows all the time,” he says excitedly. “Our fans will get to see us in a small environment this time and for this album it works out perfectly because we want to turn those clubs [where we play] into nightclubs. We want to take our fans to a party.”

Watch the video for Tokio Hotel’s “Love Who Loves You Back” below, and for tour dates and tickets for the bands current world tour, head to the official Tokio Hotel website.

Bill Kaulitz de Tokio Hotel : « L’amour n’a rien à voir avec le genre »
Alors que Tokio Hotel s’embarque dans sa première tournée mondiale depuis cinq ans, le leader de ce groupe de rock révèle comment il a retrouvé l’inspiration et pourquoi il croit que l’amour n’a pas de frontières.
Bien avant que la Viper Room ne devienne célèbre en tant que lieu de sortie pour la jeune élite hollywoodienne, ainsi que le lieu de la mort de l’acteur River Phoenix en 1993, le 8852 Sunset Boulevard était un lieu de rendez-vous prisé – puis un club de jazz appelé le Melody Room, où l’on pouvait souvent trouver des truands comme Bugsy Siegel et Mickey Cohen. C’est un lieu ancré profondément dans l’histoire de Los Angeles, et ce soir le chanteur Bill Kaulitz et les autres membres de Tokio Hotel ont prévu leur propre moment historique, alors qu’ils se préparent à jouer pour la première fois sur la scène qui a vu passer les Pussycat Dolls ou encore des célébrités du rock telles que Tom Petty et les Heartbreakers. C’est un cadre totalement différent de celui qu’ils ont vécu à peine une semaine avant, lorsqu’ils ont joué à Berlin devant une foule de presqu’un million de personnes ; mais lorsque Kaulitz conclut la répétition du groupe avec une rapide exécution de leur titre « Girl Got A Gun », il est clair qu’il n’est pas moins impatient de jouer pour les 250 fans qui attendent devant la porte du club pour voir un des plus célèbres groupes d’Europe.
« Nous n’avons jamais vraiment l’occasion de faire ce genre de concerts, donc c’est vraiment différent », me dit-il quelques instants plus tard alors que nous descendons les marches recouvertes de velours du club pour nous rendre dans une pièce faiblement éclairée située sous la scène. « Mais ça va être sympa, parce que nous allons être très près du public, et j’aime beaucoup quand nous avons l’occasion de faire ça ; dans une petite salle comme ça, tu ressens vraiment l’énergie. »
Bien qu’il dise que le groupe était impatient de jouer dans le club célèbre de West Hollywood, il admet que son frère jumeau, le guitariste de Tokio Hotel Tom Kaulitz, étaient dans une toute autre mentalité il y a quelques années. Après la sortie de leur premier album en 2005, les membres du groupe sont devenus célèbres du jour au lendemain ; mais quatre albums, des centaines de performances live partout dans le monde, et plus de quatre ans sur les routes ont laissé des traces sur ces jeunes artistes. « Après la sortie de notre dernier album en 2009, Tom et moi avons quitté l’Europe et déménagé aux Etats-Unis, parce que c’était vraiment la folie », explique-t-il. « Nous avons dû prendre un peu de recul par rapport à notre carrière, parce que nous avions l’impression d’avoir tout dit. Nous avions fait tellement d’albums pendant plusieurs années et étions sur les routes depuis si longtemps. Nous ne savions plus quoi faire et quel type de musique nous voulions composer. »
Quittant leur maison en Allemagne, les jumeaux ont déménagé à Los Angeles où, selon Kaulitz, ils « ont pris un an de pause et n’ont rien fait », avant de retrouver l’inspiration dans la vie nocturne de L.A. Cette muse a inspiré au groupe de rock alternatif un nouveau son électronique, qu’ils ont soigneusement développé ces cinq dernières années alors qu’ils ont travaillé à leur cinquième album, « Kings of Suburbia ». L’album est sorti dans le monde entier en octobre et s’est propulsé en tête des classements dans 30 pays, ainsi que dans le top 5 de 17 autres pays, en faisant l’album de Tokio Hotel ayant le plus de succès.
Kaulitz considère que le succès de l’album est dû au temps que les musiciens ont passé à parfaire leur nouveau son, mais aussi à leur volonté de prendre un risque. « Nous voulions simplement faire un album que nous aimions », dit-il. « Beaucoup de personnes ne font pas cela, elles font de la musique pour leurs fans. Mais cette fois-ci, je voulais faire un album qui me plaise et qui reflète mon propre style. »
En plus de ce son particulier, le sens de la mode de Kaulitz a toujours été un des aspects de l’image que Tokio Hotel donne sur scène. Ce soir, il porte un jean gris clair et un t-shirt noir, ainsi qu’un t-shirt de flanelle noir et blanc aux manches longues accroché autour de la taille, une tenue qui tranche avec les looks flamboyants donc le chanteur a l’habitude. Kaulitz m’explique cependant que ses tenues créatives n’ont pas toujours été appréciées. « Quand j’avais 13 ans, je mettais du maquillage et du vernis à ongles pour aller à l’école, et certains professeurs me disaient ‘Nous ne pouvons pas t’enseigner, tu ne peux pas entrer en classe’ », dit-il en passant sa main dans ses cheveux blonds platine. « J’ai été beaucoup critiqué à l’école parce que j’avais un look extrême. On parlait toujours de moi, mais j’appréciais ça. J’adore en jouer, je trouve ça drôle que cela énerve certaines personnes. »
Kaulitz dit que sa manière d’exprimer sa personnalité a causé beaucoup de polémiques au début de sa carrière, de nombreuses personnes émettant des hypothèses sur sa sexualité. « Quand nous avons commencé à avoir du succès avec notre musique, la question de l’homosexualité a toujours été posée, et tout le monde trouvait ça très important », dit-il. « Mais je trouvais ça amusant. J’en rigolais toujours, parce que je me disais, ‘Pourquoi tout le monde trouve ça si important ? Les gens ne peuvent-ils pas vivre et s’occuper de leurs affaires ? »
« Pour moi, l’amour est une si belle chose et j’adore le fait que nous ne pouvons absolument pas le contrôler. Je ne sais jamais ce qui va arriver. Je ne sais pas qui je vais rencontrer quand je vais me promener. Ce qui est important pour moi, c’est de trouver la personne avec qui tu veux être, et je pense que son sexe importe peu. Je ne comprends pas pourquoi les gens y accordent tellement d’importance. C’est bizarre. », ajoute-t-il.
Kaulitz explique que c’est cette expérience qui a inspiré le groupe pour la chanson « Love Who Loves You Back » que l’on retrouve sur leur dernier album, et a façonné l’imagerie sexuelle du clip musical. « Je voulais montrer que l’amour n’a pas de genre ou de frontières. La vidéo aurait été stupide si j’avais juste eu une jolie fille à côté de moi, ou si je n’avais embrassé qu’une jolie fille tout le temps. Cela n’aurait pas reflété la chanson », dit-il. C’est pourquoi, dans la vidéo, je voulais une personne un peu plus grosse, une personne poilue, une personne plus âgée, une personne jeune. S’il y a une fille à mes côtés, alors il faut aussi un mec. Parce que c’est de ça que parle la chanson. Selon moi, l’amour n’a rien à voir avec le sexe ou la religion. L’amour n’a pas de frontières ni de limites. On ne peut pas le contrôler, et je trouve que c’est bien. Il te tombe dessus et tu ne choisis pas de qui tu es amoureux. C’est pourquoi j’aime tellement cette chanson et pourquoi nous avons tourné la vidéo de cette manière. »
Le groupe est impatient de promouvoir ce message, alors qu’il se prépare pour la première tournée internationale depuis cinq ans, et Kaulitz a hâte de donner aux fans un spectacle comme ils n’en ont jamais vu avec Tokio Hotel. « Cette fois-ci, nous allons jouer dans des clubs pour quelques spectacles, et ça sera une nouvelle expérience pour nous parce que jouons d’habitude de grands concerts. », dit-il avec enthousiasme. « Nos fans nous verrons dans un cadre plus petit, et c’est parfait pour cet album, parce que nous voulons transformer ces salles où nous allons jouer en boîtes de nuit. Nous voulons faire la fête avec nos fans. »
Traduction par *Elena*

Source: Advocate.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s