BreatheHeavy.com – “Tokio Hotel Checks In”

tokio-hotel-breatheheavy1[1]

Tokio Hotel left the chaos surrounding them in Europe for the chaos in Los Angeles nightlife. A fair trade?

The band spent the last five years decompressing from superstardom before releasing their new studio album, “Kings Of Suburbia,” out today in stores in the U.S. (or on iTunes).

“We were kind of tired after the last album we put out in 2009,” lead singer Bill Kaulitz tells BreatheHeavy.com over the phone. “After that album, and all the touring, we felt like we needed new inspiration and we didn’t really know what to do music-wise. We felt like we’ve done it all, said it all, and I didn’t know where we wanted to go and what we wanted to do. Also personally, we just needed a break. I wanted to step away from the career and live a private life. We couldn’t do that in Europe, so we moved to America to find that privacy.”

He explains they took a year off just to explore the party scene before constructing a recording studio and getting back to work.

“I think we just needed to get away from everything. We were running away from the career. That freedom we found… we could actually go out and live life and be outside of that Tokio Hotel bubble.”

The biggest change is the liberating independence a famous, young, rich musician gets when they’re experienced enough to have it. Bill and his twin brother Tom allowed themselves space to figure out where they want to go not only as people, but as musicians. They are responsible for their new album’s direction and growing sound, a welcome development allowed by five years of self-exploration.

“We produced for the first time and actually had the time to build our own studio. That’s the first time we’ve produced an album by ourselves. We never had the time before to do that.”

When Bill wasn’t in the studio, he was embracing the club life.

“I partied a lot,” he reflects. “I went out so much. [The album’s] inspired by the nightlife and the DJ scene. It’s way more electronic than the stuff we’ve done before.”

I was intrigued by this, namely because I break out into an anxiety-ridden sweat at the thought of trading in Netflix and petting my cat for a disastrous trip to a club. I asked him for his take on his recent Los Angeles outings.

“L.A. is kind of boring to be honest. Everything’s closing at 2 [a.m.], and I can’t get used to it because I am from Germany. Everything in Europe starts super late. If we party we party all night long. I can’t get used to it. I always get super stressed out. I feel like then you have to get super drunk to enjoy the night. You need to find the right people and the right parties to really enjoy it. I think for me, it’s that freedom that I was actually able to go out to a club without having security and someone recognizing me.”

I laugh and mention I’m from Las Vegas, a city where you’re encouraged to drink past 2 a.m. – so long as you tip. You must fucking tip.

“I love Vegas,” Bill continues. “Whenever I can go I’m down. It’s the closest thing to L.A. and you can party like you’re in Europe.”

The very next day after our interview, Bill and his twin brother Tom traveled from L.A. to Vegas for one last hoorah before a promo tour beginning today.

“It’s a natural development,” Bill says of “Kings Of Suburbia’s” blossoming sound. “We didn’t force anything or discuss how we wanted to change. It just kind of happened. Our first single and album came out in Germany when I was 15. From that moment on we were just on the road and working and putting out music. I was super young. It just developed naturally. We never sit down and argue about a song or talk about what we want to do. It just happens.”

Their music’s evolved from rock to electronic, adding piano, drums and synthesizers to create original songs like their lead single, “Love Who Loves You Back,” a Rock Mafia-produced track about the craziness of love.

“So many people, even my friends, always laugh at me because they say I’m a hopeless romantic – I have that strong opinion about love. I feel like love is that one thing you can’t control. It’s a beautiful thing. You can have your opinion, and you can make choices, but in the end you can never decide who you are going to fall in love with. Love has no boundaries, no religion. You should just love who loves you back and whoever makes you happy.”

The video for the song’s inspired by German movie “Perfume,” however I told him the orgy scene reminded me of Britney Spears’ “I’m A Slave 4 U” music video.

“That’s an amazing video, and an amazing vibe. That’s actually what I thought, too. When we were doing it I was like ‘that reminds me so much of the ‘Slave 4 U’ video,’ which is cool because that’s one of the best videos she did.”

Tokio Hotel released three music videos before the album’s release. Bill says they wanted to put out as much music as possible this time around. Here’s an example of their changing style; a hilariously colorful clip for “Girl Got A Gun.”

The band’s past, their growth and experimental life in and out of the club is thanks to their dedicated fans.

“Nowadays, it’s even more important to have a real fanbase. That’s the success… to be able to go on tour and play for the people, and have people that want to come and see your show. Charts and selling records changes so fast. One day you have a massive hit, and the next people forget about you… Our fans are super crazy and we love them. We’re grateful we have that super strong fanbase that’s made so much happen for us.”

At the time of posting, Tokio Hotel was trending worldwide on Twitter.

But before they trudge back into the nightlife shadows, Bill has a message for their followers:

“Always the best thing is to see the fans. There are so many people that say ‘oh, because of you I style this way or I get inspired.’ I love when I can inspire people and the fans go for their dreams, to achieve whatever they dream of. That’s the beauty of it all… I just want to inspire people with the music.”

TOKIO HOTEL FAIT LE POINT

Tokio Hotel a laissé le chaos les entourant en Europe pour le chaos de la vie nocturne de Los Angeles. Un échange équitable ?

Le groupe a passé les cinq dernières années à décompresser du statut de superstar avant de sortir leur nouvel album studio, « Kings Of Suburbia », qui sort aujourd’hui dans les magasins aux Etats-Unis (ou sur iTunes).

« Nous étions un peu fatigué après le dernier album que nous avions sorti en 2009 », raconte le chanteur Bill Kaulitz à BreatheHeavy.com par téléphone. « Après cet album, et après toute la tournée, nous sentions que nous avions besoin de nouvelles inspirations et que nous ne savions plus vraiment quoi faire question musique. Nous sentions que nous avions tout fait, que nous avions tout dit, et je ne savais pas où nous voulions aller et ce que nous voulions faire. Nous avions aussi personnellement besoin d’une pause. Je voulais prendre du recule par rapport à la carrière et vivre une vie privée. Nous ne pouvions pas faire cela en Europe, nous avons donc déménager en Amérique pour trouver cette intimité ».

Il explique qu’ils ont pris une année sabbatique pour explorer le monde de la nuit avant de construire un studio d’enregistrement et de se remettre au travail.

« Je pense que nous avions juste besoin de nous éloigner de tout. Nous avions fui notre carrière. Grâce à cette liberté que nous avons trouvé… nous pouvons sortir dehors et vivre et être en dehors de cette bulle Tokio Hotel ».

Le plus grand changement est l’indépendance libératrice qu’un célèbre, jeune et riche musicien obtient quand ils sont assez expérimentés pour l’avoir. Bill et son frère jumeau Tom se sont donnés l’espace pour comprendre où ils veulent aller non seulement en tant que personnes, mais aussi en tant que musiciens. Ils sont responsables de la direction de leur nouvel album et de la croissance du son, un développement apprécié qui a permis une auto-exploration de cinq ans.

« Nous avons produit pour la première fois et nous avons vraiment eu le temps de construire notre propre studio. C’est la première fois que nous produisons un album par nous-mêmes. Nous n’avons jamais eu le temps de le faire auparavant ».

Quand Bill n’était pas au studio, il croquait la vie des clubs à pleines dents.

« J’ai beaucoup fait la fête », il réfléchit. « Je suis tellement sorti. L’album est inspiré par la vie nocturne et le monde des DJs. Celui-ci est bien plus électronique que les choses que nous avions faites auparavant ».

J’étais intrigué par cela, principalement parce qu’une sueur d’angoisse m’avait échappé à la pensée de faire le commerce de Netflix et de choyer mon chat pour un voyage désastreux dans un club. Je lui ai demandé son point de vue sur ses dernières sorties à Los Angeles.

« LA est une ville un peu ennuyeuse pour être honnête. Tout ferme à 2hrs du mat’, et je n’arrive pas à m’y habituer parce que je suis d’Allemagne. Tout commence super tard en Europe. Si nous faisons la fête, nous faisons la fête toute la nuit. Je n’arrive pas à m’y habituer. Je suis toujours très stressé face à une contrainte. J’ai l’impression d’être trop ivre pour profiter de la nuit. Tu dois trouver les bonnes personnes et les bonnes fêtes pour vraiment t’amuser. Je pense que pour moi, c’est ça la liberté que j’étais vraiment en mesure d’avoir en allant dans un club sans avoir de la sécurité et sans avoir quelqu’un qui me reconnaisse ».

Je ris et mentionne que je suis de Las Vegas, une ville où vous êtes encouragés à boire à passé 2hrs du mat’ – du moment que vous donnez un pourboire. Vous devez donner un putain de pourboire.

« J’aime Vegas », continue Bill. « Dès que je peux y aller, j’y vais. C’est la chose la plus proche de LA et tu peux faire la fête comme tu la fais en Europe ».

Le lendemain de notre interview, Bill et son frère jumeau Tom ont voyagé de LA à Vegas pour un dernier « hourrah » avant une tournée promotionnelle commençant aujourd’hui.

« C’est un développement naturel », dit Bill sur l’épanouissement du son de « Kings Of Suburbia ». « Nous n’avons pas forcer les choses ou discuter sur ce que nous voulions changer. Ca s’est en quelque sorte produit comme ça. Notre premier single et notre premier album sont sortis en Allemagne quand j’avais 15 ans. A partir de ce moment, nous étions juste sur la route, nous travaillions et publiions de la musique. J’étais très jeune. Ca s’est juste développé naturellement. Nous ne nous sommes jamais assis pour discuter d’une chanson ou pour parler de ce que nous voulions faire. C’est juste arrivé ».

Leur musique a évolué du rock à l’électronique, en ajoutant du piano, de la batterie et des synthétiseurs pour créer des chansons originales comme leur premier single, « Love Who Loves You Back », un titre produit par Rock Mafia au sujet de la folie de l’amour.

« Tant de personnes, même mes amis, se moquent de moi parce qu’ils disent que je suis un romantique désespéré – J’ai une si forte opinion de l’amour. J’ai l’impression que l’amour est une chose que tu ne peux pas contrôler. C’est une magnifique chose. Tu peux avoir ton avis, et tu peux faire des choix, mais à la fin, tu ne peux jamais décider de qui tu tomberas amoureux. L’amour n’a pas de frontières, pas de religion. Tu devrais juste aimer celui qui t’aime et qui te rend heureux ».

Le clip de la chanson est inspiré par le film allemand « Parfum », cependant, je lui ai dit que la scène d’orgie m’a rappelé le clip « I’m A Slave 4 U » de Britney Spears.

« C’est un clip incroyable, et une ambiance incroyable. En réalité, j’y ai aussi pensé. Quand nous tournions la scène, j’étais là : « ça me rappelle tellement le clip « Slave 4 U » », lequel est vraiment bien parce que c’est l’un de ses meilleurs clips ».

Tokio Hotel a publié trois clips avant la sortie de l’album. Bill dit qu’ils voulaient sortir autant de musique que possible cette fois-ci. Voici un exemple de leur changement de style ; un clip coloré hilarant pour « Girl Got A Gun ».

Le passé du groupe, leur croissance et leur vie expérimentale dans et en dehors des clubs est grâce à leurs fans dévoués.

« De nos jours, il est bien plus important d’avoir une vraie fanbase. C’est la clé du succès… pour pouvoir partir en tournée et pour jouer devant des gens, et avoir des gens qui veulent venir voir votre concert. Les charts et la vente des albums changent si rapidement. Un jour, tu as un énorme succès, et le jour d’après, les gens t’oublient… Nos fans sont vraiment fous et nous les aimons. Nous sommes reconnaissants d’avoir une fanbase si forte, qui nous a fait réaliser tant de choses ».

Au moment de la publication, Tokio Hotel est dans les tendances mondiales sur Twitter.

Mais avant qu’ils remarchent d’un pas lourd dans les ombres de la vie nocturne, Bill a un message pour leurs fans :

« La meilleure chose au monde est de voir les fans. Il y a tant de gens qui disent « oh, grâce à toi, je suis ainsi ou je me suis inspiré ». J’aime quand je peux inspirer les gens et que les fans se battent pour leurs rêves, pour atteindre ce qu’ils rêvent. C’est la beauté de tout cela… Je veux juste inspirer les gens avec la musique ».

Traduction par Prinz16

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s