Interview for INDIE Magazine #44 [2014]

“SOMETIMES OUR FIGHTS ESCALATE”

We met Tokio Hotel in L.A.

Bill and Tom Kaulitz – two names that embodied teen hysteria and prepubescent sexual fantasies of their then, most of the time, female emo-audience from the middle of the 00s, even though the emo genre didn’t even exist back then. With their band, Tokio Hotel, the identical twins climbed the european charts withtout any detours after quitting school and moving away from their province near Magdeburg. And they also made it into several gossip columns of magazines, at least once a week once their career took off. 2010 they put an end to it: They retreated into the anonimity of Los Angeles. Far away from Germany, and from their fans. And the media. The big break after achieving everything you could achieve there. And all that happened before they were of age. With their new album “Kings Of Suburbia” Tokio Hotel are back in the spotlight. Bill and Tom Kaulitz – two brothers, one comeback with 25.

INDIE: “Why the long break and the move to L.A.?”

Bill: We just didn’t want to be in the spotlight anymore. Tom was even – temporarily – unsure if he still wanted to be in the band and asked me to look for a new guitarist. He would have still worked with us in the studio, but didn’t want to be in the spotlight anymore.

Tom: We made some headlines in Germany again. We ended up on the front page of several magazines talking about some random private stuff – there simply wasn’t a balance anymore: We didn’t make the headlines because of our music anymore, but with whatever we did or didn’t do in our free time. That was the point where I just didn’t want to do it all anymore – I wanted to quit. None of us wanted to continue under these circumstances.

Bill: Apart from that, I didn’t even know what I wanted to write about after the last album we released, since we had already talked about everything we wanted to talk about on our previous records. It was about time to get our private life back again, which wasn’t possible in Germany. Everything was completely out of control. At some point we just started running away from our own career and didn’t want to have anything to do with Tokio Hotel anymore. The plan was to get everything back under control first and then think about releasing an album again.

INDIE: “A new beginning at the age of 21, in a city where you don’t know anyone, after being followed everywhere by groupies – how does it feel to actually have a private life again?”

Bill: It felt unbelieveably good, being able to do normal things again – like going out for coffee somewhere or simply going to the grocery store and filling your own fridge with food. After leaving school at the age of 15 we weren’t able to do those things anymore. This is the first time that we’ve been able to have a private life, a real life as adults since our career took off. At first it was really weird, because we weren’t used to it anymore, but at some point it just started being fun for us again, especially the moment I noticed that I could basically disappear in L.A. since no one knows who I am here. I was just one of many people that others pass by on the street. In the past we were a part of Tokio Hotel 24/7. Today we found a balance. We have a private life and are only Tokio Hotel when we work. I think we have never felt as balanced as we do today. We took some time to question ourselves and to discover who we are as a private person – what we like or dislike and who we are. We have hobbies, which wasn’t really the case back then. If you don’t grow and develop as a person, you won’t do either of those things when you’re an artist as well. Looking back, the break was not just beneficial for the band but also for us as people. We just couldn’t continue like that anymore.

INDIE: “Your newly chosen homebase, Los Angeles, seems to have had a big influence on the new album, since it wouldn’t have come together like that in Madgeburg.”

Bill: Definitely not. When I think of Magdeburg today, I’m in horror. It’s an extremely depressing town. But L.A. doesn’t really have a lot to do with the album. It’s actually the opposite for me: I have to say that I think that L.A. is pretty boring. Everything happens so early; the clubs close at 2 a.m. – the nightlife in Europe is much more exciting. The album reflects our own private feeling of life with the big luxury of anonimity.

INDIE: “Does it get easier or harder with time, making music as siblings?”

Bill: It stays the same. But I do have to say that we don’t just have that typical brother connection other siblings have, but that we’re identical twins. It’s hard to explain to other people that we’re not just brothers, but that we actually are the same in a lot of aspects as people. We live together and have also spent every single day together in the past five years, even without Tokio Hotel.

Tom: The question of needing a break from each other or living alone doesn’t even arise. We do everything together and know everything about each other – we’re basically one person. Even if I’m generally the more likeable one, out of us two.

NDIE: “You live together – which one of you is responsible for washing the dishes?”

Bill: None of us, we’re both lazy people. Most of the time we wait for our housemaid to do it for us. But if there is something important we have to do – chores wise – we also do that together.

Tom: But I am the one that always drives the car. Bill never drives. I’m always the driver, which is good – it’s as it should be. When I have to sit in the passenger seat I get nauseous. I hate sitting in the passenger seat and getting driven around. I love driving cars, I love driving bikes and I will have to get used to someone driving us around again when we’re back on tour. I would even prefer driving the tour bus myself!

INDIE: “So there is no friction between the two of you?”

Bill: Very seldom. It’s not like we never fight. When we fight, then it gets really intense, but we’re not the type to hold things against each other forever. The connection between identical twins is a little stronger than the one between brothers. And we don’t know it any differently. We shared all our experiences with each other. There is virtually nothing that I could tell Tom about my day that he wouldn’t know, because he was there and experienced it with me. We live a completely identical life.

NDIE: “What’s the topic you fight about most often?”

Tom: That depends on the situation; most of the times it’s about work though. We rarely fight about private stuff. The good thing about our fights is that I know Bill inside and out, therefore I can provoke him until it all escalates. No one else can provoke him more – and in turn, no one else can provoke me as much as Bill can. When we fight with each other, really fight, then it ends up being so loud and intense that other people usually leave the room with a red head.

Bill: People then usually ask themselves how we can look each other in the eyes after having such an intense fight, but after a few minutes it’s usually already forgotten.

The Tokio-Hotel-Comeback-Album, “Kings Of Suburbia”, was released on 3. October (Universal Music)

Translation by Loveth-Music

“Indie” n° 44 (Allemagne) – « Parfois, nos disputes dégénèrent »
Nous avons rencontré Tokio Hotel à L.A.

Bill et Tom Kaulitz – deux noms qui ont incarné, à partir du milieu des années 2000, l’hystérie adolescente et les fantasmes sexuels pré-pubères d’un public Emo en majorité féminin, même si le genre Emo n’existait pas encore à l’époque. Avec leur groupe Tokio Hotel, après avoir abandonné l’école, les jumeaux se sont hissés depuis la province de Magdeburg jusqu’au sommet des hit-parades européens. Et dans les pages des magazines, où le nom Kaulitz apparaissait x fois par semaine. En 2010, les jumeaux ont tiré un trait sur tout cela et ont plongé dans l’anonymat de Los Angeles. Loin de l’Allemagne, loin de leurs fans. Et de la presse. Une grande bouffée d’air, après avoir obtenu tout ce qui leur était possible d’obtenir ici. Et cela avant même d’avoir atteint la majorité. Avec leur nouvel album « Kings of Suburbia », les Tokio Hotel reviennent sous les feux de la rampe. Bill et Tom Kaulitz – deux frères, un comeback à 25 ans.

Pourquoi une si longue pause et une retraite à Los Angeles ?
Bill : Nous n’avions juste plus envie. À l’époque, Tom n’était plus sûr de vouloir faire partie du groupe et m’avait demandé de trouver un autre guitariste. Il voulait encore faire tout en studio, mais ne voulait plus être sous l’œil du public.
Tom : Nous faisions toujours les gros titres des journaux en Allemagne. Les Unes de tous les magazines racontaient des conneries sur nous – nous avions perdu notre équilibre : nous n’étions plus au centre des discussions grâce à notre musique, mais à cause de ce que nous faisions pendant notre temps libre, ou plutôt ce que nous ne faisions pas. A cette époque-là, je n’avais simplement plus envie et je voulais décrocher. Nous en avions tous marre.
Bill : En plus, après le dernier album, je ne savais plus ce que je voulais partager, j’avais l’impression d’avoir déjà tout dit. Il était grand temps que nous retrouvions une vie privée. En Allemagne, ce n’était plus possible. Tout était devenu incontrôlable. À partir d’un moment, nous avons fui notre propre carrière et nous ne voulions plus rien avoir à faire avec Tokio Hotel. Notre projet était de reprendre les choses en main, et d’ensuite réfléchir à tout cela, pour finalement peut-être un jour refaire un album.

Un nouveau départ à 21 ans, dans une ville où vous ne connaissez personne, après avoir été poursuivis toute votre vie par des groupies – comment se sent-on, quand on redevient une personne ordinaire ?
Bill : C’était vraiment génial de pouvoir enfin faire des choses ordinaires, par exemple simplement aller boire un café ou faire les courses. Remplir son frigo soi-même. Depuis que nous avons quitté l’école à 15 ans, nous n’avons pas pu faire toutes ces choses. Nous avions pour la première fois une vie privée. Une vraie vie d’adulte. Au début, c’était très inhabituel, mais au bout d’un moment, nous avons vraiment commencé à nous amuser : quand j’ai remarqué que je pouvais réellement me cacher à L.A., que personne ne savait qui j’étais. Je n’étais qu’une personne parmi d’autres, un anonyme. Avant, nous étions Tokio Hotel 24h/24. Aujourd’hui, nous avons trouvé le juste milieu. Nous avons une vie privée et nous sommes Tokio Hotel uniquement d’un point de vue professionnel. Je pense que nous n’avons jamais été aussi équilibrés que maintenant. Nous avons pris le temps de nous poser des questions ; nous nous sommes découverts en tant que personne : ce que nous aimons, ce que nous n’aimons pas et qui nous sommes réellement. Nous avons aujourd’hui des hobbys – ce qui n’était pas le cas avant. Quand on ne grandit pas et qu’on ne se développe pas au niveau humain, on ne parvient pas non plus à le faire en tant qu’artiste. Rétrospectivement, cette pause a été la meilleure décision, aussi bien pour le groupe que pour nous, au niveau personnel. Nous ne pouvions plus continuer ainsi.

Votre patrie d’adoption, Los Angeles, semble avoir eu une grande influence sur le nouvel album, qui n’aurait sûrement pas ressemblé à cela si vous l’aviez composé à Magdeburg.
Bill : Certainement pas. Magdeburg est pour moi aujourd’hui une véritable horreur. Une ville très déprimante. Mais L.A. n’a en fait pas beaucoup influencé l’album. Bien au contraire : je dois dire que je trouve L.A. très ennuyeuse. Tout se passe très tôt ici : les clubs ferment déjà à deux heures du matin. La vie nocturne est beaucoup plus excitante en Europe. L’album reflète plutôt notre joie de vivre personnelle, avec le luxe de l’anonymat que nous avons retrouvé.

Avec le temps, est-ce que ça devient plus facile ou plus difficile de faire de la musique ensemble, en tant que frères ?
Bill : Cela reste pareil. Mais il faut dire que ce n’est pas notre relation de frères qui nous unit, mais le fait que nous sommes de vrais jumeaux. C’est toujours difficile d’expliquer aux gens que nous ne sommes pas seulement des frères, mais que nous avons presque tout en commun. Nous vivons ensemble et, ces cinq dernières années, nous avons passé chaque jour ensemble, même sans Tokio Hotel.
Tom : Nous ne pensons même pas que nous en aurons un jour marre de l’autre ou que nous voudrons vivre notre propre vie. Nous faisons tout ensemble, savons absolument tout l’un de l’autre et sommes en principe comme une seule personne. Même si je suis au fond plus sympathique.

Vous vivez ensemble – qui se charge de la vaisselle ?
Bill : Aucun. Nous sommes aussi paresseux l’un que l’autre ; nous attendons en général que notre femme de ménage s’en charge. Mais s’il y a quelque chose d’urgent à faire dans la maison, nous le faisons ensemble.
Tom : Mais c’est toujours moi qui conduit, Bill ne roule jamais en voiture. Je suis toujours le chauffeur, et c’est bien comme ça. Quand je suis le passager, je me sens parfois presque mal. Je déteste être passager et me laisser conduire. J’adore rouler en voiture et à moto, et je vais devoir me réhabituer au fait que quelqu’un va nous conduire, quand nous serons à nouveau en tournée. Je préfèrerais conduire notre bus de tournée moi-même !

Pas de tensions entre vous ?
Bill : Rarement. Je ne vais pas dire que nous ne nous disputons jamais. Quand c’est le cas, cela devient très extrême. Mais nous ne sommes pas rancuniers. La relation qu’il y a entre de vrais jumeaux est encore plus forte que pour de simples frères. Et nous ne connaissons d’ailleurs rien d’autre. Nous avons vécu toutes nos expériences ensemble. Je ne peux quasiment rien raconter de ma journée à Tom, parce qu’il vit tout en même temps que moi. Nos vies sont absolument identiques.

Quel est votre sujet de dispute favori ?
Tom : Ça dépend de la situation ; mais c’est très souvent le travail. Dans notre vie privée, nous ne nous disputons presque pas. L’avantage de nos disputes, c’est que je connais Bill comme personne et que je peux le provoquer et le pousser à bout. Personne ne le provoque plus que moi – et, en contrepartie, personne ne me provoque autant que Bill. Quand nous nous disputons sérieusement, c’est tellement fort et intense que les gens quittent la pièce le visage rouge.
Bill : Les gens se demandent alors comment nous pouvons encore nous regarder dans les yeux après une telle dispute. Mais après quelques minutes, tout est fini.

Traduction par *Elena*

Advertisements

1 Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s