LeParisien.fr

bcp

Elles craquent toujours pour Tokio Hotel

Les aliens sont de retour. Cette semaine, à Paris, ils ont fait le pied de grue devant l’hôtel de Sers, hurlé devant les studios de NRJ et de « C à vous », dormi sur le trottoir de la Fnac Saint-Lazare, où ils étaient jusqu’à un millier jeudi pour une séance de dédicaces enflammée. Les aliens ? Des hordes de filles et de rares garçons en noir, porteurs de tee-shirts élimés de leur groupe préféré et d’un nombre impressionnant de cadeaux, du préservatif à la boîte de macarons. 

Nouveau look et nouveau style

Surprise : Tokio Hotel, le groupe allemand phénomène des années 2000 est toujours vivant et il provoque toujours des crises d’hystérie. Après cinq ans d’absence, les quatre musiciens qui remplissaient en 2008 le Parc des Princes et les classes d’allemand sont de retour, bien décidés à revenir au premier plan avec un nouveau look et un nouveau style, plus electro et dansant que rock, plus proche de Depeche Mode que de Rammstein. Les fans suivent. Lundi, jour de sa sortie, l’efficace « Kings of Suburbia », 5e album, s’est placé directement à la première place des ventes sur iTunes et leur page Facebook a atteint plus de 3,7 millions d’amis.

Leur secret ? « On a grandi avec eux, on ne les lâchera jamais, répondent Lara, Koralie et Tatjana, venues de Nantes, Lille et Marseille pour les revoir. Ils sont comme des grands frères, qui nous ont aidés à traverser la crise d’adolescence. » Stéphanie, 32 ans, est même venue d’Ostende, en Belgique, et Irène, 50 ans, de Berne, en Suisse : « Ils nous ont parlé à l’époque avec leurs textes très intimes sur le suicide, la drogue, les parents divorcés… Et avec l’âge, ils deviennent très sexy. »

Ils sont loin les ados un peu hébétés par leur fulgurant succès planétaire. Bill, le chanteur androgyne aux piercings et talons hauts, a troqué sa coiffure pétard corbeau contre une coupe plaquée. Son jumeau Tom, avec lequel il a écrit, composé et produit ce nouveau disque, arbore une épaisse barbe. Surtout, ils ont abandonné l’allemand pour l’anglais. Logique, les deux frères vivent désormais à Los Angeles. « Il y a cinq ans, nous avons décidé de partir loin de tout car nous avions besoin de calmer le jeu, nous explique Tom, à l’abri des fans. Quand nous rentrions à la maison après les tournées, nous étions si déconnectés que nous ne savions même pas quoi faire. » « Nous sommes musiciens depuis l’âge de 7 ans et dans ce groupe depuis quatorze ans, rappelle Bill. Nous avions tous besoin d’avoir enfin une vie normale, pour notre équilibre personnel, et de nous rappeler que nous ne sommes que les rois de notre propre univers, notre banlieue natale ( NDLR : référence au titre de l’album). J’avais aussi besoin de retrouver l’inspiration. Je n’avais plus rien à dire. »

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s