Interview with Noisey.vice.com

tumblr_nd5y973fxi1qclr0so1_500[1]

„I always tell people that I’m a czech pornstar“

You might have heard it. Tokio Hotel released a new album on the German day of unity. It’s called Kings of Suburbia and – you can calm down now – it did not turn into the “defining record” of our generation. But it did have the potential to be. The requirements for a unexpected comeback are picture perfect: Four years ago Bill and Tom Kaulitz moved to L.A. and, with that, away from the craziness that has been following them around the globe since the release of their single “Durch den Monsun”. Tokio Hotel performed in front of the eiffel tower and filled stadiums in Japan, they even got israeli teenagers to learn German. Imagine half the world watching you while you grow up and you having to explain your sexual orientation over and over again.
That’s what has been going through my mind, while I’ve been waiting in the foyer of the Ritz Calrton like a little boy, to be escorted to the interview with Tokio Hotel. While I wait I watch Russian girls in Prada shoes, Indian “styler” with Dolce and Gabana belts and Americans in Givenchy-Shirts, pass by. This situation already feals surreals. The moment I see a basketball player of my favorite team, the San Antonio Spurs, walk by, I know that this interview is going to be magical. (A little tip: Just sit in the foyer of the Ritz and watch people. Maybe you shouldn’t wear a Thug Life t-shirt when you decide to do that…)
A few minutes later I get escorted into a double suite. Soon the four popstars are going to come out of the other room, partly shuffling and partly on heels – because Bill is wearing pumps with french fries on them. All four grin at me.

Noisey: Bill, at the press conference on thursday you said that you’ve never been to the “Berghain”. I have something over you. I went there for the first time two weeks ago.
Bill: And? How was it?
Well, it was seven in the morning and I was sober…
I also heard that people go there at nine. Didn’t they just get up at that time? Do you already start drinking then?
I think a lot of people go there, get a stamp, go home and come back in the afternoon just to stay until Tuesday or something.
Okay, and you went there at seven in the morning and stayed until tuesday?
God no. I went home after three hours. But why exactly is the “Berghain” so fascinating for you?
I just heard that it’s the most awesome club and that people from all over Europe come to Germany to party there. In the US, especially in L.A, there is no such thing that you can party at a club for 24 hours straight.
When is the “curfew”?
1:45 in the morning is the last call.
Tom: At 2 – on the dot – they take your drink out of your hand.
Bill: And then the lights come on. They don’t make any exceptions. It’s really boring. But is it hard to get in?
When I was there, there was no line. But I also already heard of people who stood in line for three hours and didn’t get in. But did you know that they also have darkrooms?
Bill: There are darkrooms at the “Berghain”? Then I want to go there all the more! (laughs)
Georg and Gustav, would the “Berghain” also be something for you?
Georg: I’d check it out.
Gustav: The darkrooms, definitely. That was the convincing argument.
Bill: I think the darkrooms would totally be your thing.
Tom: Then they would finally get some.
Enough talk about the “Berghain”. Five years ago you moved to L.A.. Did you want to flee the “Tokio Hotel craziness”?
Tom: It wasn’t primarily about L.A. as a city. The situation always felt unbearable to us. The tipping point was when people broke into our home.

Fans?
About 50 people were standing in front of our house every day. It was probably one of them. When they broke in and took our last 600 m² of private life with them, we just said that we have to leave. We knew a few people in L.A. – we just packed our stuff and moved.
Bill: We also didn’t see the house we would be living in before that, we just up and moved.
Tom: That glamorous hollywood-image you have of L.A. would have actually been the exact wrong reason to move there. We wanted to disappear for a while. That’s what we did when we moved into a house that was located a little outside of L.A., because we weren’t in the mood to walk the red carpet or to attend some celebrity party. We simply didn’t do anything for a while and tried to hide.
How did it feel, being anonymous for the first time?
Tom: It was incredible!
Bill: It was like a dream. In the beginning it took us a little to get used to it. You look around, to see if there’s someone waiting for you in front of your house. In L.A. we can go placed and reserve tables under our own name. When we check into a place here, in Germany, we have aliases to make sure no one knows about that. When we stay in a place for too long, there’s nothing good waiting for us. That’s why we’re actually constantly on the move.
Georg: We can reveal his alias here: It’s Vivian Schmitt (they all laugh)
When you want to be left alone it’s probably not the best alias.
Bill: True, then other people are going to be standing in front of the door.
Tom: With a strap-on.
You said that you caught up on life in L.A. – what does that exactly mean?
Bill: Exactly, we went out and partied a lot. I also had to learn that at first: going to a club at night without security. Here, it’s like that: You call someone, they reserve a table in the VIP-corner for you which is separated by a red barrier tape. Then you sit there, pretty much like animals in a zoo, and people stand around you and take pictures. That’s not fun at all. You can’t really sit there with friends and have fun.
Tom: We also choose the clubs by their smokers’ corner. I love hanging out and talking to people there.
When you sit in those corners and talk to people that don’t know you, how do you explain to them that you’re Germany’s most successful rockband of all time?
Bill: In L.A. people immediately tell you what they do for a living and how great they are. Tom and I usually keep our mouths shut, which is why they usually think that we’re really weird. When I’m somewhere alone, I simply lie – I tell them that I’m a student. Just recently someone asked me what I do and I told him that I’m a photography student and he said: “No way! I’m a photographer!” I just thought: “Shit!”. Then he started asking me what my favorite camera and camera lense was.
Tom: Did you tell him that your favorite camera is iPhone camera?
Bill: (laughs) I always asked myself what’s realistic, what they would believe when I told them.
Tom: I always tell them that I’m a czech pornstar.
Can you imitate the czech accent as well?
Tom: No, I just show them my “thing”. That’s enough evidence.
I think the next time you think of a job, you should do more research.
Bill: We should. Next time we should really say something we have experience with. We also sometimes said that we have rich parents, but they never believed us.
You’re back with new music after five years. Which insights did you gain in that time for your future?
Bill: I think it’s important to find a balance between the Tokio Hotel hype and our private life. In the past we were basically living in this bubble. After a while you just get depressed and can’t enjoy it anymore. Then you simply don’t care about which city you’re in now or which award you win. At some point you also don’t know how the TV show is called you’re performing on. To be able to relish and appreciate it again you need a safe haven. The goal, for us, is to keep the one in L.A., just because we have it right now.
Did you listen to music more consciously?
Tom: Of course – we attented a few festivals and in the beginning of producing the album you listen to a lot of music. At the moment I listen a lot to stuff from Chet Faker. I also really like his new music video, even though it’s simple. How did they do that? They never ever drove through the streets while shooting it – the camera work is way to smooth for that. It’s ingenious.
How do you want the people to take the new Tokio Hotel up?
Tom: We want the people to take to our new album neutrally and to simply listen to the music. I just like well made music. As soon as I hear a song where I think “That’s good songwriting paired with good production”, I like it. I don’t care who it is from or where it comes from. That’s what you wish for yourself as an arist too. That’s why we took a break, because we wanted to come back with music that people can talk about, and not just about our private life.
Can you even rate it (your music) neutrally? “Durch den Monsun” has already been etched into my mind, and I – honestly – didn’t like it much then.
It’s the same for us. When we were 15 and recorded “Durch den Monsun” I genuinely thought the song was awesome. Today we probably wouldn’t write the song like that anymore.
Bill: It always depends on how open the people are. When I like a song, I always listen to only the song first – only afterwards I know who sings it. Just because a specific person is this singer I didn’t like that much in the past, doesn’t mean that I can’t listen to it. That’s why we released 3 songs from our album. People should listen to the music first and then look at how we look.
We just rant out of time, but when will we go to “Berghain” together?
Bill: I would love to go now. There’s just this problem that we’re flying to France the day after tomorrow. But we’re currently working on building-up a studio in Berlin. We want to move our base from Hamburg to Berlin. I hope we’ll have an opportunity to go there soon though.
Georg: It’s still open. Theoretically we could still go there now.
Bill: Right. Let’s just cancel all appointments and we’ll see each other again on tuesday evening.

Translation by Icey

Tokio Hotel singer, Bill Kaulitz arrives at NRJ radio studios

« Je dis toujours que je suis une star du porno tchèque » – Interview de Tokio Hotel
Vous l’avez peut-être remarqué. Tokio Hotel a sorti un album le Jour de l’Unité allemande. Celui-ci s’appelle « Kings of Suburbia » et – vous pouvez vous rassurer – il n’est pas devenu l’album définissant notre génération. Ce qu’il aurait très bien pu être. Les conditions d’un retour inattendu sont comme tracées : Il y a quatre ans, Bill et Tom Kaulitz ont déménagé à LA et de ce fait, se sont éloignés de la folie qui leur a été apportée par « Durch den Monsun » dans la moitié du monde. Tokio Hotel a joué devant la Tour Eiffel et a été rempli des stades au Japon, ils ont même amené des adolescents israéliens à apprendre l’allemand. Imaginez que la moitié du monde vous regarde grandir et que vous ayez à expliquer votre orientation sexuelle, encore et encore.

J’ai tout cela en tête, tandis que je suis assis comme un petit garçon dans le hall d’entrée du Ritz Carlton, attendant qu’on vienne me chercher pour pouvoir faire l’interview avec Tokio Hotel. Durant ce labs de temps, je regarde des femmes russes dans des chaussures Prada, au style indien avec des ceintures Dolce & Gabana et des américains dans des chemises Givenchy. Cette situation est déjà assez surréaliste. Puis, quand je vois passé devant moi les joueurs de basket-ball de mon équipe préféré, les San Antonio Spurs, je sais que cette interview va être magique. (Un petit conseil, asseyez-vous une fois dans le hall de l’hôtel Ritz et regardez les gens. Il serait peut-être mieux de ne pas porter un t-shirt « Thug Life » ce jour-là…)

Quelques minutes plus tard, on vient me chercher pour me déposer dans une suite double. Dans quelques minutes, les quatre stars de la pop vont sortir de l’autre chambre, certains traînant des pieds, d’autres en talons hauts. Bill porte en effet des pompes, sur lesquelles des frites sont dessinées. Tous les quatre me sourient.

Noisey : Bill, vous avez dit jeudi lors de la conférence de presse, que vous n’avez jamais été au Berghain. J’ai de l’avance sur vous. J’y ai été pour la première fois il y a deux semaines.
Bill : Et ? Comment était-ce ?

Bien, il était sept heures du matin et j’étais sobre…
Bill : J’ai déjà entendu dire que les gens y allaient à neuf heures. Ne doivent-ils pas justement se lever à cette heure-là ? Commencent-ils déjà à boire alors ?

Je crois que beaucoup y vont pour se chercher un tampon, puis rentre à la maison et reviennent dans l’après-midi pour y rester jusqu’à mardi ou quelque chose du genre.
Bill : Ah d’accord, et vous y êtes allé à sept heures du matin et y êtes resté jusqu’à mardi ?

Bon dieu, non. Je suis rentré chez moi après trois heures. Mais pourquoi le Berghain vous fascine-t-il exactement ?
Bill : J’ai simplement entendu dire que c’est le club le plus chaud et que des gens viennent de toute l’Europe pour faire la fête au Berghain. En Amérique, et notamment à LA, il n’y a aucun club où vous pouvez faire la fête 24 heures d’affilé.

A quelle heure est le couvre-feu ?
Bill : Le « Last Call » est à 1hrs45.
Tom : A deux heures, ils vous prennent le verre de la main.
Bill : Et puis, les lumières s’éteignent. Ils ne font pas non plus d’exception. C’est vraiment ennuyeux. Cependant, est-ce difficile d’y entrer ?

Quand j’y étais, il n’y avait pas de file d’attente. Mais j’ai aussi entendu dire qu’il y avait des gens qui avaient fait la file pendant trois heures et qui n’y sont pas rentrés. Mais saviez-vous qu’ils ont aussi des « Dark Rooms » ?
Bill : Il y a aussi des « Dark Rooms » au Berghain ? Alors je veux vraiment y aller ! (rit)

Georg et Gustav, le Berghain serait-il aussi pour vous ?
Georg : J’irais jeter mon œil.
Gustav : La « Dark Room » en tout cas. Ca a été l’argument convaincant.
Bill : La « Dark Room » serait vraiment bien pour vous deux je trouve.
Tom : Puis, ils recevraient un petit quelque chose.

On va arrêter de parler du Berghain. Il y a cinq ans, vous avez déménager à LA. Vouliez-vous fuir la folie Tokio Hotel ?
Tom : Le déménagement n’a principalement rien à voir avec la ville de LA. Nous avons toujours trouvé la situation dans laquelle nous étions insupportable. Le point décisif a été quand notre maison a été cambriolé.

Des fans ?
Tom : Chaque jour, nous avions 50 personnes devant la porte de chez nous. Ca a probablement été l’une d’entre elle. Quand elles sont entrées par effraction, elles ont pris nos derniers 600 m² de vie privée avec eux, c’est à ce moment que nous nous sommes dit que nous devions partir. Nous connaissions quelques personnes à LA, nous avons alors pris nos cliques et nos claques.
Bill : Nous n’avions pas non plus vu la maison dans laquelle nous allions vivre, nous sommes simplement partis.
Tom : L’image glamour de Hollywood qu’on a de LA serait en réalité une réelle raison de ne pas y aller. Nous voulions nous planquer. C’est ce que nous avons fait quand nous avons déménagé en dehors de LA, parce que nous n’étions pas d’humeur à marcher sur des tapis rouges et à faire la fête avec des célébrités. Nous n’avons tout simplement rien faire pendant un long moment et avons essayé de nous cacher.

Qu’avez-vous ressenti en étant anonyme pour la première fois ?
Tom : C’était dément !
Bill : C’était un rêve. Au début, il nous a fallu un certain temps pour nous y habituer. Vous regardez partout, pour voir si quelqu’un est là et vous attend. A LA, nous pouvons aller quelque part et réserver avec notre propre nom. Quand nous nous enregistrons quelque part ici (en Allemagne), nous avons toujours des pseudonymes, afin que personne ne s’en rendent compte. Quand nous restons dans un endroit trop longtemps, ça n’ira pas pour nous. C’est pour ça que nous sommes en fait toujours sur la route.
Georg : Nous pouvons vous dire que son pseudonyme est Vivian Schmitt. (tout le monde rit)

Si vous voulez avoir une vie privée, ce n’est certainement pas le meilleur pseudonyme.
Bill : C’est vrai, d’autres personnes sont devant la porte.
Tom : Avec des gode-ceintures.

Vous avez dit que vous avez récupéré votre vie à LA. Que signifie cela exactement ?
Bill : Exactement, nous avons pour la toute première fois fait énormément la fête. J’ai aussi dû apprendre ceci pour la première fois : Pas de sécurité en allant la nuit dans un club. Ici (en Allemagne), c’est : Vous appelez quelqu’un, une table sera alors réservée dans le coin VIP, où un ruban rouge se trouve devant. Quand vous vous y asseyez, vous avez l’impression d’être un animal dans un zoo et les gens restent là, à prendre des photos. Ce n’est pas génial. Vous ne pouvez pas vous asseoir avec vos amis et vous amusez.
Tom : Nous choisissons aussi toujours les clubs avec des coins fumeurs. J’aime parler et trainer avec des personnes qui s’y trouvent.

Quand vous vous asseyez dans les coins fumeurs et parler avec des gens que vous ne connaissez pas, comment expliquez-vous à ces personnes qui vous êtes le groupe de rock le plus couronné de succès de tous les temps en Allemagne ?
Bill : A LA, les gens racontent immédiatement qu’ils font et comment ils sont super. Tom et moi gardons généralement nos bouches fermés, c’est pourquoi les gens pensent que nous sommes vraiment bizarre. Quand je suis tout seul quelque part, je mens souvent. Je leur dis que je suis étudiant. Une personne m’a récemment demandé ce que je faisais et je lui ai répondu que j’étudiais la photographie, c’est là qu’il me dit : « Trop fort ! Je suis photographe ! » Je me suis dit « Merde ! ». Puis il m’a demandé quel était mon appareil photo préféré et mon objectif préféré.
Tom : Lui as-tu dit que ton appareil photo préféré est l’iPhone ?
Bill : (rit) Je me suis souvent demandé si j’étais réaliste, si j’arrivais à leur faire gober ce que je leur disais.
Tom : Je dis toujours que je suis une star du porno tchèque.

Pouvez-vous aussi avoir l’accent tchèque ?
Tom : Non, je déballe simplement ma chose. Cela suffit comme preuve.

Je pense qu’il serait bon de faire plus de recherche pour la prochaine fois.
Bill : Oui. La prochaine fois, nous devrions vraiment prendre quelque chose que nous connaissons. Nous avons même dit que nous avions des parents riches, mais on ne nous a pas cru non plus.

Après cinq ans, vous êtes maintenant de retour avec une nouvelle musique. Quelles conclusions avez-vous faites pour l’avenir ?
Bill : Je pense qu’il est important que nous trouvions un équilibre entre la folie Tokio Hotel et nos vies privées. Dans le passé, nous ne vivions pas en dehors de cette bulle. Un jour au l’autre, vous devenez dépressif et vous ne profitez de plus rien. Alors, vous en avez rien à faire dans quelle ville vous vous trouvez ou quel prix vous avez gagné. Un jour au l’autre, vous ne savez plus comment s’appelle l’émission télé dans laquelle vous devez vous produire. Pour pouvoir apprécier et à nouveau assurer, vous avez besoin d’un lieu de refuge. Le but est de le garder parce que nous le possédons maintenant.

Avez-vous écouter de la musique plus consciemment ?
Tom : Oui bien sûr, nous avons été dans les festivals et nous avons écouter beaucoup de nouvelle musique dans la phase initiale de production de l’album. J’écoute beaucoup Chet Faker. Je trouve leur nouveau clip génial, bien qu’il soit très simple. Comment ont-ils fait ? Ils n’ont jamais été dans les rues, le cadrage est si lisse/régulier. C’est génial.

Comment voulez-vous que les gens prennent le nouveau Tokio Hotel ?
Tom : Nous espérons que les gens prennent l’album de manière neutre et qu’ils écoutent simplement la musique. J’aime la musique bien faite. Dès que j’entends une chanson, je pense : « C’est une bonne composition de chanson couplée à une bonne production », j’aime ça. Peu importe d’où elle vient ou quel est le nom de l’auteur. C’est ce que l’on souhaite aussi en tant qu’artiste. C’est pour cette raison que nous avons aussi fait un pause, parce que nous voulions revenir avec de la musique dont on peut parler, et pas juste parler de la vie privée.

Est-il possible d’avoir un avis neutre vous concernant ? « Durch den Monsun » est marqué au fer rouge dans mon esprit et puis, pour être honnête, je n’en étais pas vraiment fan.
Tom : C’est exactement la même chose pour nous. Quand on avait fait « Durch den Monsun » à 15 ans, je trouvais la chanson vraiment géniale. Aujourd’hui, nous n’aurions probablement pas écrit la chanson comme ça.
Bill : Cela dépend toujours du degré d’ouverture des gens. Quand je trouve qu’une chanson est bonne, j’écoute en premier la chanson et regarde par après qui l’a faite. Ce n’est parce que je n’appréciais pas quelqu’un dans le passé, que je ne peux pas l’écouter aujourd’hui si j’apprécie sa musique. C’est d’ailleurs pour ça que nous avons sorti trois chansons avant l’album. Les gens doivent écouter seulement notre musique et après, regarder à quoi nous ressemblons.

Malheureusement, nous n’avons plus de temps. Mais quand allons-nous donc ensemble au Berghain ?
Bill : Je voudrais bien y aller maintenant. Le problème est que nous devons prendre l’avion vers la France après-demain. Mais nous sommes justement en train d’installer un studio à Berlin. Nous voulons déplacer notre base de Hamburg à Berlin. J’espère que nous aurons l’opportunité d’y aller bientôt.
Georg : C’est encore ouvert. Théoriquement, nous pourrions y aller maintenant.
Bill : C’est vrai. Annulons tous les rendez-vous et nous nous revoyons mardi soir.

Traduction par Prinz16
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s