New Interview – Stuttgarter-Zeitung.de

tumblr_ncex3uaPJv1sxxv1oo2_500[1]

Los Angeles – As a teen band Tokio Hotel from Madgeburg, broke all the records in the 00s. But the success soon overwhelmed the two front men, Bill and Tom Kaulitz, which was why, back in 2009, they decided to flee into anonimity. In Los Angeles the, now 25-year old, twins didn’t just find their luck, but also the muse for a new album. It’s called “Kings Of Suburbia” and is about “the feeling, that means everything but at the same time nothing”. In our interview the brothers talk about home, their English lyrics and paparazzi in Los Angeles.

Bill and Tom Kaulitz, this interview is taking place at one in the morning (californian time). Are you nocturnal people?
Tom Kaulitz: For us that’s even early. Our rhythm is pretty skewed. We always stay up until six or seven in the morning and get up when the sun is already going down again.

The new album “Kings Of Suburbia” only sounds melancholy, from time to time even optimistic in comparison to your past music, which sounded more gloomy. What happened?
Bill Kaulitz: We found new inspiration in the US, since we’re living a completely different life here than we did in Germany. It also has something to do with the fact that we were able to retreat and not do anything for a long time. Of course we also changed. The music on our new album feels good to us though. It’s not a concept album where everything was planned through, we simply started with writing and producing.

Why didn’t you just decide to work with a popular producer from L.A.?
Bill: We did actually work with a few people from L.A., Rock Mafia for example. But also worked with our old team.
Tom: The first few sessions were really unsatisfying for us, because music wise, it just wasn’t going in the direction we wanted it to. That’s when we realized that we wanted to do everything ourselves. We built up our home studio and recorded songs in different parts of the world. The cornerstone for the album was the song “Stormy Weather”, which has been for three years years already.

To what extent were you able to refince your individual specialties in L.A.?
Tom: We were totally able to do that. But it was less because of the city L.A., even if you do run into international artists and producers pretty often. We learned a lot here, but what really helped us was the time. We had five years to master the art of mixing and producing a song.

Are you not interested in writing German songs anymore?
Tom: This time there aren’t any German ones, because we find it difficult to translate our lyrics word for word without them losing their meaning. We already noticed that with our last album. We didn’t want to go through this process again. Today we either immediately write the song in English or in German, and with this album we just kept writing in English so we thought: Let’s keep it that way! We didn’t want to force anything.

Does Los Angeles feel like home to you?
Bill: We like living here, but we could also decide to go to India tomorrow. There are a lot of things I miss about Germany, that’s why I like coming back once in a while. But I also like going back to L.A.. Home, for us, is where the people live with whom we get along, since we took our family and our dogs with us to the US.

Is the album a hommage to life in Los Angeles?
Bill: It’s more a hommage to our own life. Germany just didn’t work for us anymore, because in the end we didn’t really have a private life left next to our career. Moving to L.A. was the right decision for us. It doesn’t have anything to do with the city itself. It’s important for us to find the right balance between our job and our private life.

Do people in L.A. expect you to take part in the social life of the high society?
Tom: Yes, they totally do. A lot of celebrities there can’t understand the fact that we don’t want to. We came to L.A. to retract. We didn’t want to go to any parties, have paparazzi surround us or walk the red carpet. For a lot of people here that’s normal though, even calling photographers is. I’m not in the mood for all that when it isn’t an officially scheduled appointment/date. It bores me – maybe because we already went through a lot of similar situations. We just want to make music, and as soon as we get home, we don’t want to have anything to do with Hollywood. I think a lot of Americans think we’re some weird German celebrities because of that.

Do you still live together?
Bill: Yes. We couldn’t even imagine living seperately from each other. That would be compeletely unnatural for us, because we don’t even like to spend a second without the other.

Did you go through the same experiences/gain the same insights in the US or do they now differ when it comes to certain things?
Bill: Each of us, of course, has some private things going on, but if Tom has some kind of problem then it immediately turns into my problem. I actually never need Tom’s advice. He usually already knows about any problem I might have. If I needed advice I would probably ask a friend or my mom.

Is your togetherness exhausting for people you work with?
Tom: I know that, from time to time, people would prefer to have only one of us talking to them on the phone. It’s just that I’m the likeable twin and Bill the unlikeable one. (Bill laughs)
Bill: I myself sometimes think that we’re exhausting. Since we’re of the same opinion most of the time, people always have to deal with a unit if they go against us.

How often do you meet up, as a band, with the other two band members?
Tom: For a while we only skyped. When everything started again the other two flew over here a few times. But we’ve also been to Germany in between, even if it wasn’t often.
Bill: It sounds cheesy, but we’re really good friends. When we see each other again, after a long break, it’s just like it was before. This energy between us is back. For people looking in, especially for our record label, it’s not always easy to get through to us. Sometimes I really feel bad for them.

In the video „Bill’s special Pill“ on your website, Bill suprises watchers with a his drug-related comment: “But with a little Heroin and a little Cocaine everything works.” Was that a joke or do people have a legitimate reason to worry?
Bill: Nooo, in this case it was only a joke. Someone who’s a real heroin or cocaine addict would probably never say that. I can’t lie – we do have a lot of fun here – I love the nightlife and everything it entails. However you have to say that the nightlife in Europe is a lot more awesome than the one in L.A. L.A. is a pretty boring city, but I still like to go out to party and drink. I really like this feeling of being alive. In Europe it wasn’t possible to do this that easily. But no, I’m not a heroin addict!

Bill and Tom Kaulitz, Georg Listing and Gustav Schäfer released their debut single “Durch den Monsun” under the bandname Tokio Hotel in 2005 and immediately took the charts by storm. All their albums were extremely successful: „Schrei“ (2005), „Zimmer 483“ (2007) and „Humanoid“ (2009). Millions of girls, especially in Germany, lose their mind when Tokio Hotel perform.

Five years after their retreat to California the quartet is back – with a new look and a new sound. The songs from the album “Kings Of Suburbia”, which will drop on 3. October, are more electronic than their old tracks and all written in English. Tokio Hotel will be guests at “Wetten dass…?” on 4. October.

Translation by LoveTH-Music

.

tumblr_ncgr9kFvgN1stv4buo2_1280[1]

« Les Américains nous prennent pour de drôles de stars allemandes »

Los Angeles – À ses débuts en tant que groupe adolescent, Tokio Hotel, groupe de Magdeburg, a battu tous les records. Mais ce succès immense a fini par dépasser ses leaders Bill et Tom Kaulitz, qui ont donc décidé en 2009 de fuir pour retrouver un certain anonymat. À Los Angeles, les jumeaux, âgés à présent de 25 ans, ont non seulement trouvé le bonheur, mais également l’inspiration pour un nouvel album. Il s’intitule « Kings of Suburbia » et tourne autour du « sentiment qui signifie tout et rien en même temps ». Dans cette interview, les deux frères parlent de leur patrie d’adoption, de leurs chansons en anglais et des paparazzis à Los Angeles.

Bill et Tom Kaulitz, cette interview se déroule à une heure du matin, heure de Californie. Est-ce que vous êtes des personnes plutôt nocturnes ?

Tom Kaulitz : C’est même encore un peu tôt, pour nous. Notre rythme est vraiment inversé. Nous sommes toujours debout jusque six ou sept heures du matin, et nous nous levons quand le soleil se couche.

Conformément à cela, votre musique a toujours été assez sombre. Au contraire, le nouvel album « Kings of Suburbia » est mélancolique, et même parfois optimiste. Que s’est-il passé ?

Bill Kaulitz : Nous avons trouvé une nouvelle inspiration aux Etats-Unis, car notre vie est ici complètement différente de celle que nous avions en Allemagne. C’est aussi dû au fait que nous nous sommes retirés et n’avons rien fait pendant longtemps. Nous avons bien évidemment changé. Nous aimons beaucoup les chansons de ce CD. Ce n’est pas un album conceptuel que nous avons entièrement planifié, nous avons simplement écrit et produit en toute liberté.

Pourquoi n’avez-vous pas appelé en studio un des producteurs connus de L.A. ?

Bill : Nous avons en fait travaillé avec quelques personnes d’ici, par exemple avec Rock Mafia, mais aussi avec notre ancienne équipe.

Tom : Les premières sessions ne nous ont pas du tout satisfaits, parce que ça n’allait pas dans la direction musicale que nous avions imaginée. Nous nous sommes alors rendu compte que nous voulions tout faire nous-mêmes. Nous avons construit un studio chez nous et avons enregistré de la musique à différents endroits du monde. La base de l’album a été « Stormy Weather ». Cette chanson existe depuis déjà trois ans.

Dans quelle mesure avez-vous pu développer vos facultés personnelles à L.A. ?

Tom : Nous avons tout à fait pu faire cela. Ça n’était pas tellement dû à la ville de L.A., même si on rencontre ici de nombreux musiciens et producteurs internationaux. Nous avons beaucoup appris ici, mais ce que ça nous a réellement apporté, c’est le temps. Nous avons eu cinq ans pour comprendre comment produire et mixer une chanson de A à Z.

N’avez-vous plus d’intérêt pour les chansons en allemand ?

Tom : Il n’y en a pas dans cet album, parce que le processus de traduction nous a paru trop compliqué. Nous avons déjà remarqué cela pour le dernier album et n’avons pas voulons nous imposer cela encore une fois. Aujourd’hui, nous écrivons les chansons soit directement en anglais, soit directement en allemand ; et pour cet album, nous avons tout le temps écrit en anglais et avons décidé de laisser ça ainsi ! Nous n’avons pas voulu forcer notre créativité.

Est-ce que vous vous sentez chez vous à Los Angeles ?

Bill : Nous aimons beaucoup vivre ici, mais nous pourrions aussi partir pour l’Inde après-demain. Il y a plein de choses qui me manquent, et c’est pour ça que j’aime bien revenir en Allemagne. Mais j’aime aussi voyager. Pour nous, notre foyer est là où se trouvent les gens avec qui nous nous entendons. Nous avons emmené notre famille et même nos chiens avec nous aux Etats-Unis.

L’album est-il un hommage à la vie à Los Angeles ?

Bill : C’est plutôt un hommage à notre propre vie. En Allemagne, cela ne fonctionnait plus pour nous, nous n’avions plus de vie privée en-dehors de notre carrière. C’était la bonne décision, de venir à L.A. Mais ça n’a rien à voir avec la ville en elle-même. Ce qui est important pour nous, c’est de trouver le bon équilibre entre notre métier et notre vie privée.

Est-ce qu’on attend de vous que vous participiez à la vie sociale de la Haute Société ?

Tom : Oui, tout le monde attend ça de nous ! La plupart des célébrités ne peuvent pas comprendre que nous ne voulons pas cela. Nous sommes venus ici pour nous retirer. Nous ne voulions pas aller à des soirées, avoir des paparazzis autour de nous et marcher sur le tapis rouge. Pour beaucoup de gens ici, c’est même normal d’appeler plus de photographes. Je n’ai vraiment pas envie de ça, tant que ce n’est pas un rendez-vous officiel. Cela m’ennuie profondément, peut-être parce que nous avons déjà vécu tellement de choses à ce sujet. Nous voulons simplement faire notre musique et, dès que nous rentrons chez nous, ne rien avoir à faire avec Hollywood. Je pense que, à cause de ça, beaucoup d’Américains nous prennent pour de drôles de stars allemandes.

Habitez-vous toujours ensemble ?

Bill : Oui. Nous ne pouvons pas imaginer de vivre un jour séparés. Ça n’est pas naturel pour nous, parce que nous passons chaque seconde ensemble.

Avez-vous fait les mêmes expériences aux Etats-Unis, ou bien vos chemins se sont-ils quelques peu éloignés l’un de l’autre ?

Bill : Chacun d’entre nous fait bien entendu des choses privées, mais quand Tom a un problème quelconque, cela devient tout de suite mon problème. En fait, je n’ai jamais besoin du conseil de Tom ; il connait déjà mon problème depuis longtemps. Je demanderais plutôt un conseil à un ami ou à ma mère.

Le fait que vous soyez inséparables, est-ce parfois difficile à vivre pour les gens avec qui vous travaillez ?

Tom : Je sais que les gens aimeraient parfois nous avoir séparément au téléphone. En fait, je suis le jumeau sympathique et Bill, l’antipathique. [Rires de Bill]

Bill : Je trouve moi-même que nous sommes parfois fatigants. Parce que nous avons toujours le même avis, les gens se heurtent toujours à une unité.

À quelle fréquence vous rencontrez-vous en tant que groupe, avec les deux autres membres ?

Tom : Pendant un moment, nous avons juste parlé par Skype. Mais quand les choses sont reparties, les autres sont venus régulièrement ici. Et nous sommes aussi allés en Allemagne, même si ce n’était pas très souvent.

Bill : Ça va vous sembler un peu sentimental, mais nous sommes tous de très bons amis. Quand nous nous revoyons après une longue pause, tout est à nouveau comme avant. L’énergie est toujours là. Pour les gens qui nous voient de l’extérieur, et surtout pour notre maison de disque, ce n’est pas toujours facile de réellement communiquer avec nous. J’en ai un peu de la peine pour eux.

Dans la vidéo « Bill’s special Pill », sur votre site, Bill nous surprend avec un commentaire sur la drogue : « Mais avec un peu d’héroïne et un peu de cocaïne, tout va bien ». Une plaisanterie, ou doit-on se faire du souci ?

Bill : Non, c’était juste une blague. Une personne qui est réellement accro à l’héroïne ou à la cocaïne n’en parlerait certainement pas comme ça. Je ne vais pas nier que nous nous amusons beaucoup ici ; j’adore la vie nocturne et tout ce qui en découle. Je dois dire, d’ailleurs, que la vie nocturne en Europe est bien meilleure que celle de L.A. Cette ville est assez ennuyeuse. Mais j’aime quand même beaucoup sortir, faire la fête et boire. J’adore cette vie ; en Europe, ce n’était pas possible pour nous. Mais je ne suis pas encore accro à l’héroïne !

La carrière des quatre garçons de Tokio Hotel

Bill et Tom Kaulitz, Georg Listing et Gustav Schäfer publient en 2005 leur premier single « Durch den Monsun » sous le nom Tokio Hotel, et deviennent célèbres du jour au lendemain. Tous leurs albums connaissent un grand succès : « Schrei » (2005), « Zimmer 483 » (2007) et « Humanoid » (2009). Des millions de jeunes filles, surtout en Allemagne, deviennent complètement folles à chacune de leurs apparitions.

Cinq ans après sa retraite en Californie, le quatuor annonce son retour – avec un nouveau look et un nouveau son. Les chansons de l’album « Kings of Suburbia », qui sortira le 3 octobre, sont plus électroniques qu’auparavant et exclusivement en anglais. Le 4 octobre, les Tokio Hotel seront les invités de « Wetten, dass… ? ».

Traduction par *Elena*

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s